Pas de subvention pour les eaux usées à Limoges

Le conseil municipal de La Nation craint que... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Le conseil municipal de La Nation craint que le ralentissement de croissance se poursuive pour Limoges sans une nouvelle usine de traitement des eaux usées.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'année commence bien mal pour la municipalité de La Nation. La directrice générale, Mary McCuaig, a annoncé lundi aux conseillers que le projet de construction d'une nouvelle usine de traitement des égouts à Limoges n'obtiendrait pas d'appui financier des gouvernements fédéral et provincial en 2016.

«Notre demande de financement du programme Fonds des petites collectivités/Fonds ontarien pour l'infrastructure communautaire n'a pas été retenue pour les égouts à Limoges», a confirmé Mme McCuaig.

Depuis 2014, la municipalité tente de sécuriser des fonds des gouvernements pour aller de l'avant avec ce projet qui assurerait la croissance économique du secteur de Limoges. Le projet est évalué à environ 20 millions $. La part des gouvernements supérieurs serait de l'ordre d'environ 10 millions $.

Il est question de construire une usine de traitement mécanique des eaux usées sur les lagunes de Limoges permettant la croissance dans le village pour les prochaines 25 années. Actuellement, les systèmes d'aqueduc et d'égout ont atteint leur capacité.

Déjà, une somme de 3 millions $ a été investie par la municipalité pour les études environnementales. Les élus s'expliquent mal le fait que la municipalité ait été exclue du programme.

«Les gouvernements demandent des projets qui sont shovel ready (prêts à démarrer) et il y a un bout de temps que nous sommes prêts et ce n'est pas suffisant», a déploré pour le conseiller Marcel Legault.

La construction de l'usine était d'ailleurs prévue pour l'été ou plus tard à l'automne 2016.

«Nous avons envoyé les appels d'offres et avons tout fait pour être prêt pour commencer la construction immédiatement après avoir obtenu les octrois. On est un peu déçu», a indiqué Mme McCuaig.

En raison de sa situation économique actuelle, La Nation ne peut se permettre un emprunt de 10 millions $ puisque cela réduirait de beaucoup la capacité d'emprunt de la municipalité.

Cette dernière étudie actuellement la possibilité d'augmenter la capacité des systèmes de traitement pour permettre l'ajout d'au moins 200 unités résidentielles.

«Cela risque de ne pas être suffisant pour rassurer les promoteurs», a fait valoir le conseiller Francis Brière.

Le maire de La Nation, François St-Amour, était absent lors de la réunion régulière alors qu'il rencontrait Jeff Leal, le ministre de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales, à Toronto. Il y a fort à parier que le dossier de l'usine de traitement des eaux usées a été un des sujets de discussion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer