Couverture des incendies dans La Nation: «Une situation temporaire»

La Nation souhaitait revoir à la baisse le... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

La Nation souhaitait revoir à la baisse le montant du service d'incendie de Casselman pour l'année 2016.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que la fin de l'entente pour le service d'incendie entre Casselman et La Nation est toujours prévue pour le 31 décembre, le maire de La Nation, François St. Amour, affirme que la couverture sera maintenue dans le secteur touché et que la situation est temporaire.

Il s'agissait du sujet de la présentation des citoyens concernés, Mélanie Stewart et Daniel Bergevin, lors de la réunion régulière du conseil municipal, lundi. Les résidents souhaitaient en apprendre davantage sur la situation actuelle entre les deux municipalités.

La réponse du maire a été bien simple. «Il n'y a jamais eu de discussions face à face», a souligné François St. Amour. Jusqu'à présent, la communication a été limitée à des échanges de courriels. La Nation avait fait une offre, le 11 novembre dernier, qui n'a pas été apporté à la table du conseil de Casselman a fait savoir M. St. Amour.

La Nation souhaitait revoir à la baisse le montant du service d'incendie de Casselman pour l'année 2016. Le conseil municipal a plutôt adopté une résolution mettant fin à l'entente du service avec la municipalité voisine.

«De notre côté, on veut payer une somme qui est juste pour tous», a souligné M. St. Amour qui a déploré le fait que Casselman réclamait à La Nation un montant couvrant plus de 50% des coûts opérationnels.

De son côté, le résident Daniel Bergevin s'est dit d'accord que La Nation n'accepte pas les montants demandés, mais que cela ne devrait pas affecter pour autant les citoyens de la municipalité.

«Il y aura des conséquences pour vous autres c'est certain», a confié le maire aux résidents. La municipalité a toutefois établi un plan de couverture «temporaire» pour la région qui compte un peu plus de 1000 résidences.

Le maire a expliqué que le plan a été présenté sur le tard puisque le conseil s'attendait a une réponse du village de Casselman.

Bien qu'un plan de couverture ait été établi, les résidents du secteur verront malgré tout le temps de réponse augmenter en moyenne de huit à 18 minutes.

«Ça m'inquiète beaucoup en tant que mère de deux enfants. Selon moi, c'est inacceptable parce qu'il faut penser sécurité avant tout», a fait valoir Mélanie Stewart, une résidente.

Le maire de La Nation demeure ouvert à des discussions avec le village de Casselman.

Selon M. Bergevin, la municipalité devrait toutefois songer à utiliser l'argent destiné au village de Casselman, pour améliorer le service d'incendie de La Nation.

«Il faut penser à l'éventualité où il (le village de Casselman) ne serait pas prêt à travailler avec nous et qu'on utilise l'argent pour une équipe de pompiers assignée à notre secteur», a suggéré M. Bergevin.

Le maire St. Amour a indiqué vouloir attendre de vérifier l'efficacité du plan de couverture actuellement en place pour ensuite penser à de nouvelles mesures si nécessaire.

Hawkesbury s'entend avec ses employés

Par ailleurs, les 52 employés de la Ville de Hawkesbury représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique ont accepté une nouvelle entente avec leur employeur, dans une proportion de 76 %.

Les travailleurs municipaux étaient sans contrat de travail depuis le 1er avril 2014.

Ils demandaient notamment une augmentation salariale de 2 % par année, alors que l'employeur offrait 1 %. La semaine dernière, pas moins de 98 % des syndiqués avaient voté en faveur d'un mandat de grève.

La Ville a finalement consenti à une hausse de 1,5 % par année, puis de 1,7 % pour 2017, soit la dernière année de la convention collective.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer