Couverture incendie: des résidents de La Nation sonnent l'alarme

«L'assurance habitation des domiciles concernés subira une augmentation... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

«L'assurance habitation des domiciles concernés subira une augmentation d'un minimum de 10% puisqu'ils habitent maintenant à plus de 10 km d'une caserne de pompier», dénonce un résident de La Nation.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des résidents de La Nation s'inquiètent de l'arrivée du Nouvel An, alors que l'entente avec le service des incendies du village de Casselman partira en fumée.

À l'heure actuelle, les pompiers de Casselman desservent plus de 1000 résidences sur le territoire de La Nation. Les citoyens du secteur touché craignent de voir le temps de réponse en cas d'incendie doubler, faisant du même coup exploser leurs primes d'assurances.

«L'assurance habitation des domiciles concernés subira une augmentation d'un minimum de 10% puisqu'ils habitent maintenant à plus de 10 km d'une caserne de pompier», dénonce Daniel Bergevin, un résident de La Nation.

«On veut avoir toute l'information parce qu'on est inquiet de ce qui va se passer à partir du 1er janvier. Aucun plan d'action n'a été présenté», poursuit Mélanie Stewart, également de La Nation.

Lors de la réunion du conseil municipal de Casselman du 13 octobre dernier, les conseillers Michel Desjardins, Anik Charron et Denis Renaud ont voté en faveur d'une résolution qui mettra fin à l'entente avec La Nation, le 31 décembre prochain. Seuls le maire Conrad Lamadeleine et le conseiller Marcel Cléroux ont voté contre. La municipalité refuse d'apposer sa signature au bas d'une nouvelle entente, avant d'avoir renégocié la facture pour l'année 2016.

«Les détails qui entourent la décision de ne pas renouveler le contrat avec le service d'incendie de Casselman sont nébuleux et semblent liés à d'autres interactions difficiles entre La Nation et le village de Casselman. [...] Nous avons le droit de savoir ce qui se passe et comment nous serons affectés à partir du 1er janvier et à long terme», peut-on lire dans la lettre envoyée à la municipalité par les résidents Mélanie Stewart et Daniel Bergevin.

Si rien ne bouge dans le dossier, un groupe de citoyens s'adressera directement au conseil municipal de La Nation, lors de la réunion du 21 décembre prochain.

Des négociations en vue

Le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, et son homologue de La Nation, François St. Amour, affirment tous deux que des échanges doivent avoir lieu.

«Les négociations du contrat de 2016 ne font que commencer, assure M. Lamadeleine. Il faut parler avec La Nation.»

De son côté, le maire St. Amour souligne que le conseil de La Nation souhaite revoir les chiffres avec Casselman.

«Nous n'étions pas d'accord avec les premières offres qui nous ont été faites, dit-il. C'était trop cher pour le service.»

Pour l'année 2016, la facture aurait pratiquement doublé, passant de 87 000$ à environ 162 000$, ce qui représente environ la moitié du budget du service des incendies de Casselman.

«On se trouverait à payer près de la moitié des coûts opérationnels, c'est totalement inacceptable», déplore M. St. Amour, soulignant que sa municipalité utilise tout au plus 20% du service de Casselman. La municipalité de La Nation paierait alors environ 71 000 $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer