Un «échec» pour les producteurs laitiers

C'est la consternation, chez plusieurs producteurs laitiers dans l'Est... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est la consternation, chez plusieurs producteurs laitiers dans l'Est ontarien, depuis l'annonce de la conclusion de l'accord du Partenariat transpacifique (PTP).

Chez les producteurs laitiers, on accueille avec indignation la concession de 3,25 % de la production de lait canadien qui sera offerte aux pays signataires. Le directeur général de l'Union des cultivateurs franco-ontariens (UCFO), Simon Durand, y voit un échec pour les producteurs laitiers.

« C'est certain que la concession de 3,25 %, nous n'en sommes pas du tout heureux, dit-il. Le gouvernement s'est engagé à mettre des mesures compensatoires en place, mais on aurait préféré ne pas avoir de compensation, mais plutôt une protection du système de gestion de l'offre. » Il ajoute que le PTP aura un impact négatif, qui pourrait se traduire par la baisse des prix et de la valeur des quotas, et même mener à la disparition de fermes.

Propriétaire de la ferme laitière Philos inc., à Sarsfield, Philippe Etter est lui aussi très déçu. « Ce sont des parts de marché que nous allons perdre. C'est du lait qu'on ne pourra pas produire ici au Canada. C'est du lait qui va venir d'autres pays, qui n'ont pas les mêmes standards à respecter qu'ici », a déploré le jeune producteur laitier, vice-président du conseil d'administration de l'UCFO.

Il prévient que si le gouvernement continue à donner des parts de marché, certains producteurs abandonneront l'industrie laitière. « C'est inévitable, dit-il. Il y a des fermes, surtout des petites fermes familiales, qui vont disparaître. On sacrifie cette industrie. »

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer