La garderie Les P'tits Coeurs demande un sursis

La garderie Les P'tits Coeurs a appris cet été... (Courtoisie)

Agrandir

La garderie Les P'tits Coeurs a appris cet été que la municipalité ne renouvelait pas le bail qui prendra fin le 31 mars 2016.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Confrontée au risque de se retrouver sans toit l'an prochain, la garderie Les P'tits Coeurs de Limoges demande à la municipalité de La Nation de prolonger de bail de location de l'organisme d'au moins cinq ans dans le Pavillon de Limoges.

La garderie de 45 places a appris cet été que la municipalité ne renouvelait pas le bail qui prendra fin le 31 mars 2016. Le conseil municipal souhaitait offrir l'espace à d'autres organisations communautaires comme le club d'âge d'or de Limoges, qui est actuellement logé au sous-sol de l'église Saint-Viateur.

«Ce que l'on suggère au conseil municipal, c'est de nous donner un peu de temps. Nous exploiterons bientôt une autre garderie à plus grande capacité dans une autre municipalité qui générera des surplus. On pourrait alors bâtir un fonds d'investissement et, par la suite, financer la construction d'un nouvel édifice à Limoges», a affirmé Annie Stewart, la présidente du conseil d'administration de la garderie.

Elle précise que dans son mode de fonctionnement actuel, la garderie ne génère aucun surplus. Selon elle, trois années à exploiter une deuxième garderie à l'extérieur de la municipalité seraient requises pour amasser les fonds nécessaires, soit près d'un demi-million de dollars. Deux années seraient aussi nécessaires pour la construction. Le nouvel établissement pourrait accueillir environ une centaine d'enfants.

Le conseil municipal de La Nation décidera lundi prochain s'il accepte de prolonger le bail de la garderie ou s'il présente une contre-proposition.

Le maire de La Nation, François St-Amour, doute cependant d'une réponse positive du conseil. «Je ne sais pas si le conseil va être d'accord avec ça. Cinq ans, c'est quand même considérable. Nous allons possiblement leur offrir autre chose», a-t-il affirmé.

Relations tendues

Le maire a également confié que durant la dernière année, la relation entre les employés municipaux et la garderie s'était quelque peu effritée. «Ce sont nos employés qui nous ont recommandé de ne pas renouveler le bail. C'est le conseil qui devra décider, mais il faudra qu'il y ait une discussion entre les parties», a fait valoir M. Saint-Amour.

Selon Annie Stewart, l'élément déclencheur dans cette affaire est un manque de communication entre la municipalité et l'administration de la garderie.

«Le but de l'exercice aujourd'hui c'est justement d'ouvrir et d'assurer un dialogue», souhaite Mme Stewart.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer