Tina Desabrais quitte la présidence de l'ACFO de Prescott et Russell

Tina Desabrais se dit satisfaite du travail accompli... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Tina Desabrais se dit satisfaite du travail accompli depuis son arrivée à la présidence de l'ACFO de Prescott et Russell en juin 2014.

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Confrontée à un horaire surchargé, Tina Desabrais a remis sa démission à titre de présidente de l'Association canadienne-française de l'Ontario (ACFO) de Prescott et Russell, un peu plus d'un an après en avoir pris les commandes.

Enseignante en français au collège La Cité, à Ottawa, elle poursuit également des études de maîtrise en administration. «C'était rendu beaucoup trop, parce que je ne pouvais plus me permettre 20 heures de bénévolat par semaine», a indiqué Mme Desabrais.

Bien qu'elle souhaite prendre un peu de recul, elle assurera la transition au sein de l'organisme voué à la défense des intérêts des Franco-Ontariens. «La francophonie me coule dans les veines, dit-elle. J'ai toujours été très engagé dans l'Est ontarien, donc c'est certain que je vais continuer de m'engager.»

Tina Desabrais se dit satisfaite du travail accompli depuis son arrivée à la présidence en juin 2014. «Je pense que l'ACFO a été beaucoup plus active qu'elle ne l'a été dans les dernières années», a-t-elle fait valoir.

L'ACFO de Prescott et Russell a tenu à souligner le «travail phénoménal» accompli par Mme Desabrais. «Pour elle, c'est une question de manque de temps et non d'un manque de passion ou de volonté. On va continuer dans le chemin qu'elle a bien tracé», a commenté Nathalie Ladouceur, membre du conseil d'administration.

Un dg avant un président

Le poste de président était devenu plus exigeant, récemment, en raison de l'absence d'un directeur général, depuis le mois de mars. Avant l'arrivée de Mme Desabrais, la demande de subvention qui devait notamment servir à combler ce poste n'avait pas été acceptée.

«Un organisme communautaire comme le nôtre survit des subventions de Patrimoine canadien et des subventions qu'on est capable d'aller chercher chez d'autres organismes. Un manque de financement, parfois, ça complique la tâche de mener les projets à terme. Mais on est un groupe solide qui se dévoue pour faire ce qu'il peut avec les moyens qu'on a», a poursuivi Mme Ladouceur.

Le poste de président devrait demeurer vacant au moins jusqu'à ce que l'ACFO obtienne le financement nécessaire pour embaucher un directeur général. L'organisme demandera une subvention à Patrimoine canadien dès le mois prochain. Ce n'est toutefois qu'au printemps que l'argent sera disponible.

D'ici là, les tâches de la présidence seront réparties au sein des membres du conseil d'administration. L'ACFO de Prescott et Russell soulignera la journée des Franco-Ontariens dans le cadre d'une cérémonie, vendredi, au monument de la Francophonie de Hawkesbury.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer