Le Plan officiel des CUPR entre les mains de la province

Le directeur de l'Urbanisme et de la foresterie... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Le directeur de l'Urbanisme et de la foresterie des CUPR, Louis Prévost.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des contestations devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) sont à prévoir à la suite de l'adoption, hier, du Plan officiel des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR).

«C'est le plus gros document que j'ai remis jusqu'à présent aux Comtés unis», a souligné le directeur de l'Urbanisme et de la foresterie des CUPR, Louis Prévost.

Le retrait d'une zone d'agrégat sur l'Escarpement Jessup's Falls, à Plantagenet, un site convoité par la compagnie d'asphaltage PB Paving and Landscaping, est l'une des modifications incluse dans le document qui a fait l'objet de houleux débats.

«Il y a eu une forte participation du public dans le Plan officiel principalement en raison des ressources d'agrégats», a précisé M. Prévost.

Au total, depuis le début du processus en 2011, 213 modifications ont été apportées au texte du plan et 876 modifications ont été faites à la cartographie du territoire de Prescott et Russell.

En mai dernier, après plusieurs présentations de citoyens opposés à l'arrivée d'une usine d'asphalte, les maires avaient voté en faveur de la recommandation du Comité d'urbanisme et foresterie de retirer la zone d'agrégat en question, et ce, malgré une menace du promoteur d'envoyer la cause devant la CAMO.

La modification allait du même coup à l'encontre de celle faite par le directeur de l'Urbanisme et de la foresterie.

Celui-ci a d'ailleurs précisé que cette objection est incluse dans le document qui sera envoyé au ministère des Affaires municipales et du Logement de l'Ontario.

La province devra décider si elle approuve les modifications proposées par les CUPR. Mais peu importe la décision de la province, M. Prévost entrevoit un débat devant les tribunaux.

«Si la province ne change pas la zone d'agrégats, le promoteur va faire objection. Si la province remet la zone d'agrégats, là le conseil ou des citoyens auront le choix de faire appel de la décision. Je pense qu'on va se retrouver devant la CAMO quoiqu'il arrive», a-t-il affirmé.

La décision de la province, à savoir si elle approuve ou pas les révisions, devrait être connue d'ici la fin de l'année.

mbrunette@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer