Grogne des pompiers volontaires à Casselman

Plusieurs pompiers étaient présents pour entendre la décision... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

Plusieurs pompiers étaient présents pour entendre la décision du conseil municipal de Casselman.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il n'y avait pas le feu au complexe sportif J.R. Brisson, mais il y avait une bonne présence de pompiers volontaires du service d'incendies de Casselman venus entendre les délibérations du conseil municipal, mardi.

Le tout découlait d'une nouvelle politique qu'entend adopter le conseil, soit le manuel du personnel pour les pompiers volontaires et le chef pompier de la municipalité. Plus d'une quinzaine de pompiers avaient investi la salle du conseil afin d'entendre ce que les élus avaient à discuter concernant le manuel comportant plus d'une quarantaine de pages. Celui-ci dicte les conditions et les modalités d'emploi pour les pompiers de la municipalité.

Lors de la réunion régulière, le conseiller Marcel Cléroux a proposé de tabler la résolution pour adopter le manuel en attendant l'arrivée d'un nouveau directeur général.

«Il s'agit d'un document d'une quarantaine de pages. Je ne suis pas un avocat, mais je préférais donner le dossier à notre prochain administrateur à venir et ce sera une occasion pour celui-ci de rencontrer tous les employés. Il faudrait avoir une soirée d'information pour les employés. On ne peut pas prendre une décision comme ça», a affirmé le conseiller Cléroux.

Le maire de Casselman, Conrad Lamadeleine, a appuyé d'emblée la proposition du conseiller. «C'est vraiment profond comme document. Il y a des choses qu'il faut éclaircir», a-t-il souligné.

De son côté, le conseiller Denis Renaud a tenu à souligner que le document en question contient des politiques et des articles de loi qui sont déjà en place et qui ont été compilés dans le nouveau manuel. «Les employés sont déjà au courant des politiques que le manuel contient.»

La trésorière, Catherine Borelly précise qu'il y a eu des ajouts aux règlements concernant les services d'incendie en fonction de l'évolution des règlements. «Cela fait quand même quelques années que les politiques des services d'incendies ont été mises en place. Rien ne change pour les journées de congé, et les congés de maladie tout demeure avec ce qui doit être ajouté selon la loi. Ce n'est pas nous qui l'avons inventé», a précisé Mme Borelly.

Une résidente a déploré le fait que la partie concernée, soit les pompiers volontaires, n'ait pas été consultée avant l'adoption de ce manuel. «C'est un non-sens d'amener ça à la table du conseil sans consulter les employés», a souligné la résidente.

Pour le chef du service d'incendie de Casselman, les pompiers volontaires ne devraient pas avoir à signer ce contrat notamment en raison du salaire qu'il comporte.

«Le poste le dit, c'est un service volontaire. On sait qu'il y a beaucoup de politiques qui sont liées à des emplois à temps plein, mais pour le montant d'heure que les pompiers volontaires consacrent et le salaire qu'ils reçoivent, je pense qu'il n'est pas juste de leur imposer un contrat de grande envergure. La présence de tous ces pompiers ce soir démontre qu'ils ne sont pas intéressés à toutes les politiques que le manuel propose», a affirmé M. Ménard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer