Soirée d'humour au Festival de la Curd

Le jeune humoriste Zackari Gosselin avait la lourde... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Le jeune humoriste Zackari Gosselin avait la lourde tâche de briser la glace jeudi soir.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus le public se massait sous le chapiteau du Festival de la Curd, jeudi soir, plus la tension montait en arrière-scène.

Non, l'enthousiasme ne s'effrite pas à Saint-Albert. Même un jeudi soir, les gens étaient présents par centaines pour la soirée d'ouverture du 22e Festival de la Curd. Les 2500 sièges sous le chapiteau étaient remplis, et ce, bien avant le début du spectacle.

Curds bien fraîches ou une poutine à la main, ils attendaient impatiemment d'être divertis.

Pendant ce temps, un groupe de six jeunes de l'Est ontarien faisait les cent pas derrière la scène. Ces jeunes issus de la première cohorte du Concours LOL - organisé par l'Association canadienne-française de l'Ontario, des comtés de Stormont, Dundas et Glengarry (ACFO-SDG) devaient assurer la première partie du spectacle de jeudi soir qui culminait avec le celui de Lise Dion.Pas une mince tâche pour des apprentis humoristes qui ont à peine cinq spectacles derrière la cravate et dont la plus grande foule à laquelle ils ont fait face jusqu'à présent était d'à peine 600 personnes. Ils n'ont pas à rougir de leur performance. Visiblement, le public passait du bon temps puisque les éclats de rire ont été nombreux.

«C'est la plus grande foule de ma vie, relate Rosalie Lacroix. À un moment donné, je me suis arrêtée, j'ai regardé tout le monde, et je me suis dit: 'Wow, ils rient de mon texte. Ça fait neuf mois que je travaille là-dessus'. C'est beaucoup d'amour pour une fille de Rockland. L'an passé, j'étais bénévole ici!»

Le stress était particulièrement palpable chez Zackari Gosselin qui ouvrait le bal pour ses comparses. «On avait besoin de quelqu'un qui commence», a-t-il relativisé après sa performance.

Tous ces jeunes quittaient la scène sur un nuage, transportés par l'énergie de la foule. La formation reçue dans le cadre de leur formation pouvait difficilement les préparer à cette euphorie.

Des professeurs de l'École nationale de l'humour ont offert trois formations aux jeunes de l'Est ontarien qui se sont inscrits au concours.

Des dizaines de participants, seuls six ont été retenus pour être sur scène lors du Festival de la Curd. Le groupe se rendra également à Niagara Falls pour présenter leur spectacle, puisque l'ACFO-SDG a l'intention d'ouvrir le concours à l'ensemble de la francophonie ontarienne dès l'an prochain.

L'expérience aura certainement été enrichissante pour Zackari et Rosalie qui envisagent tous deux de tenter leur chance dans le milieu de l'humour.

«Ça m'a pris du temps à me l'avouer, mais oui, c'est quelque chose qui m'intéresse», lance la jeune femme, le souffle toujours coupé par ce qu'elle venait de vivre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer