Une victoire pour les opposants au projet d'usine d'asphalte

La décision du conseil des CUPR a été... (Martin Brunette, LeDroit)

Agrandir

La décision du conseil des CUPR a été accueillie par des applaudissements du public.

Martin Brunette, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un autre obstacle se dresse désormais devant l'implantation d'une usine d'asphalte à Plantagenet, dans l'Est ontarien. Les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont retiré la désignation «zone de ressource» au site envisagé, dans son plan officiel, hier.

Cette modification rend ainsi le terrain inadéquat pour l'usine d'asphalte que souhaite établir le promoteur Pierre Bernard, propriétaire de PB Paving.

Le conseil a rendu sa décision à la suite de la tenue d'un huis clos qui s'est étiré sur plus d'une demi-heure en présence l'avocat Greg Meeds, conseiller juridique pour les CUPR en matière d'aménagement du territoire.

La décision des élus a été accueillie par une salve d'applaudissements provenant de la cinquantaine de citoyens venus manifester leur opposition au projet.

«Nous savions déjà qu'il s'agirait d'une décision difficile pour le conseil. Nous sommes ravis qu'il ait pris une bonne décision», a affirmé Ian Walker, propriétaire de la ferme Mariposa, de Plantagenet, et fervent opposant à l'usine d'asphalte.

Il s'agit également d'une heureuse nouvelle pour l'opposant Roch Cyr, un résident du secteur qui avait présenté une étude sur la vulnérabilité possible de la nappe phréatique et la fragilité du sol rocheux dans le secteur envisagé.

«C'est une décision très favorable pour nous et je crois que les résultats de l'étude étaient clairs. Évidemment, je suis certain que ce n'est pas la fin. C'est évident que cette décision n'a pas été prise à la légère et c'est parce qu'il y a des preuves à l'appui», a indiqué M. Cyr en ajoutant que l'étude pourrait servir dans l'éventualité d'un recours devant les tribunaux.

Le promoteur de l'usine d'asphalte, Pierre Bernard, n'était pas présent à la réunion. Il avait toutefois manifesté son intention d'en appeler à la Commission des affaires municipales de l'Ontario. Lors de la réunion plénière des Comtés unis, le 13 mai, l'avocate de M. Bernard avait évoqué le recours à d'éventuelles procédures judiciaires.

Bien que les CUPR aient adopté les modifications au Plan officiel, celui-ci doit malgré tout recevoir l'aval de la province, notamment du ministère des Richesses naturelles et des Forêts de l'Ontario. Le ministère pourrait exiger que les ressources d'agrégats qui étaient précédemment identifiées dans l'escarpement Jessup's Falls soient réinsérées au plan officiel.

Les Comtés unis doivent adopter le plan à la réunion du 26 août.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer