Élargissement de la route 17/174: des citoyens s'impatientent

La route 17/174... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

La route 17/174

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

«Quand?» Cette simple question a été soulevée à maintes reprises lors de la consultation publique portant notamment sur l'étude environnementale pour l'élargissement des routes 17 et 174, jeudi soir, à Clarence Creek.

Pas moins d'une centaine de personnes ont assisté à cette dernière d'une série de trois rencontres. Présent à la rencontre, l'ancien maire de Clarence-Rockland, Marcel Guibord, s'est attiré des applaudissements lorsqu'il a parlé entre autres de la notion du temps pour la réalisation de l'élargissement. L'étude actuellement en cours ne laisse entrevoir des travaux qu'en 2031. «Ce soir, vous nous présentez une étude pour l'élargissement à quatre voies de la route 17/174, alors que ces travaux auraient dû être faits il y a déjà plus de 15 ans. Maintenant, on dit qu'on devra attendre jusqu'en 2031 pour quatre voies alors qu'on aura possiblement besoin de six voies à ce moment-là», a déploré l'ex-maire.

Selon l'opinion populaire, la seule issue pour accélérer le processus de réalisation du projet est la rétrocession de la route à la province, surtout en raison des coûts important qui s'y rattachent. C'est ce que clame le conseiller du quartier 1 de Clarence-Rockland et ex-député provincial, Jean-Marc Lalonde. «Vous dites 2031, mais on ne peut pas attendre. Il va falloir que tout le monde ici dise au gouvernement: reprenez cette route-là que vous nous avez donnée en 1998. On n'était pas obligé de la prendre, mais on l'a pris. Maintenant il faut la redonner».

La question des carrefours giratoires à la hauteur des chemins Barnett et Cameron a également été soulevée. Cette idée en avait surpris plusieurs qui craignaient surtout un engorgement de la circulation. «Dans un contexte villageois comme Cumberland, un carrefour giratoire n'est peut-être pas une solution.», a précisé David Hopper, consultant auprès de la Ville d'Ottawa pour le projet du train léger.

Les conclusions de l'étude environnementale devraient être présentées à la Ville d'Ottawa ainsi qu'aux Comtés unis de Prescott et Russell pour adoption dès l'automne. D'ici là, les gens peuvent soumettre leurs questions, commentaires et obtenir de plus amples renseignements en visitant le site Web du projet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer