Russell ne fera pas une croix sur la prière

Le maire de Russell, Pierre Leroux... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Le maire de Russell, Pierre Leroux

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La traditionnelle prière récitée au début des réunions du conseil municipal du canton de Russell est là pour rester.

«Après discussions avec les membres du conseil, on a décidé de garder la prière», a confirmé le maire Pierre Leroux, précisant toutefois que sa forme pourrait être modifiée de façon à être «compatible avec les valeurs de la municipalité».

La municipalité avait sollicité les services d'un consultant afin de réviser le document qui dicte le code de conduite lors des séances du conseil.

La consultante Denise Labelle-Gélinas, parlementaire au conseil d'administration de la Fédération canadienne des municipalités, avait notamment proposé de remplacer la prière par un moment de réflexion en début de réunion.

«Au sens général, une prière peut être vue comme un moment de silence, dit-elle. À la Chambre des communes, il n'y a pas de prière, principalement parce qu'elle dessert une grande communauté qui inclut diverses religions.»

La question du retrait de la prière a fait réagir certains citoyens, qui ont remis une pétition rassemblant une centaine de signatures pour exiger son maintien.

Le maire a toutefois souligné que la décision ne découlait pas nécessairement de la pétition. «La décision était vraiment basée sur les valeurs de la municipalité dans son ensemble», dit-il.

À l'échelle des Comtés unis de Prescott-Russell, la prière est inscrite à l'ordre du jour des conseils de Russell, Hawkesbury, Clarence-Rockland et La Nation, aux cantons d'Alfred-Plantagenet, Champlain et Hawkesbury Est.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer