L'accord de transfert de route dérange dans les CUPR

« Ce n'est pas avantageux pour le contribuable.... (Archives, LeDroit)

Agrandir

« Ce n'est pas avantageux pour le contribuable. Même si cette entente m'enlève une responsabilité d'entretien, je conserve le même nombre de camions, d'employés et d'entrepôt municipaux», affirme le maire de La Nation, François St-Amour.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Certains maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) souhaitent revoir l'accord de transfert de route conclu avec le gouvernement régional l'an dernier.

Sous l'ancien conseil, en 2014, plusieurs municipalités croyaient faire une bonne affaire en cédant la responsabilité et l'entretien de certains de ses chemins. Mais lorsque le budget régional des Comtés unis de Prescott et Russell est tombé, plusieurs magistrats ont déchanté. Forcément, les dépenses en moins au niveau municipal devront être assumées à l'échelle régionale et c'est le même contribuable qui se trouve à payer la note en fin de compte.

« Ce n'est pas avantageux pour le contribuable. Même si cette entente m'enlève une responsabilité d'entretien, je conserve le même nombre de camions, d'employés et d'entrepôt municipaux. En revanche, les Comtés unis doivent acheter des camions additionnels, embaucher du personnel et avoir un toit pour ces camions. Et tout à même notre budget régional », note le maire de La Nation, François St-Amour.

Les municipalités de La Nation, Hawkesbury, Hawkesbury Est, Champlain et Clarence-Rockland ont négocié un transfert de route avec le gouvernement des Comtés unis de Prescott et Russell évalué à plus de 4 millions puisque l'entente nécessite l'achat de trois nouvelles déneigeuses et l'embauche d'au moins un employé en plus des dépenses en immobilisation.

La mairesse de Hawkesbury, Jeanne Charlebois se pose aussi des questions. « Je ne suis pas à 100 miles à l'heure derrière le projet. J'ai des réserves. Je veux des explications à savoir comment le tout va s'opérer, comment ça va se faire. J'ai besoin de plus d'éclaircissement. Peut-être devrions-nous prendre un an pour réfléchir à tout ça et ensuite prendre une décision définitive », a déclaré Mme Charlebois.

Le nouveau maire de Clarence-Rockland entretient le même scepticisme face à cette entente de transfert de routes entre municipalités et les CUPR.

« C'est quelque chose que je veux regarder de plus près. Je veux m'informer, je veux des informations. Le nouveau conseil et moi-même sommes intéressés à en savoir plus. Je veux savoir ce qu'il en est », a réagi le maire Guy Desjardins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer