L'Écho d'un peuple voit grand

L'Écho d'un peuple mise présentement sur un retour... (Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit)

Agrandir

L'Écho d'un peuple mise présentement sur un retour sur scène en 2017, mais cette fois à Saint-Albert, sur le terrain de la fromagerie.

Simon Séguin-Bertrand, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Écho d'un peuple place ses jetons sur St-Albert pour la relance de son mégaspectacle, espérée en 2017. La direction de la troupe souhaite surfer sur l'ouverture de la nouvelle fromagerie, officialisée mardi, pour créer un pôle touristique qui inclurait le retour des spectacles à grand déploiement et l'ouverture d'un Village d'antan franco-ontarien (VAFO).

«Il y a des pourparlers très sérieux en ce moment pour avoir un espace sur le terrain de la fromagerie à Saint-Albert afin d'y monter une scène, livrer des spectacles et peut-être pour le retour du mégaspectacle L'Écho d'un peuple», a confié le président de L'Écho d'un peuple, Réjean Aubut.

Le spectacle, dans sa formule originale, est en veilleuse depuis 2008 en raison de problèmes financiers.

Mais pour l'instant, l'option de relance de L'Écho d'un peuple à la ferme Drouin de Casselman, le site original de la production, est écartée.

«Nous sommes en négociations pour fermer l'espace à la ferme Drouin. [..] Il faut un endroit plus stratégique, plus central», lance M. Aubut.

Le directeur artistique de la troupe est également de cet avis. «L'idée, c'est de créer un carrefour touristique. Ça fait longtemps que nous sommes à la recherche d'un bon partenaire et la fromagerie St-Albert est une opportunité. Avec le village d'antan franco-ontarien, en plus de L'Écho d'un peuple, il y a de grandes possibilités», a déclaré Félix St-Denis. Le projet est viable selon Daniel Simonsic, chargé du plan de la relance de L'Écho d'un peuple.

«Tout se met tranquillement en place pour une relance à Saint-Albert», a-t-il déclaré.

L'administration de L'Écho d'un peuple cherche présentement à récupérer une partie de l'infrastructure déployée à la ferme Drouin de Casselman pour la rapatrier à Saint-Albert.

«Nous avons beaucoup de matériel sur le site de la ferme Drouin. Nous avons encore des loges et les estrades. Il faudrait libérer cet espace pour pouvoir aménager une autre scène éventuellement», note le président du mégaspectacle, Réjean Aubut.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer