Bras de fer à Clarence-Rockland

Yvon Simoneau... (Courtoisie)

Agrandir

Yvon Simoneau

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Un conseiller municipal et le promoteur d'un controversé projet de tour d'habitation et commercial se livrent un bras de fer à Clarence-Rockland. L'échevin Yvon Simoneau avait porté en appel devant la commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) la décision de l'ancien conseil de Clarence-Rockland et celui du gouvernement régional des Comtés unis de Prescott et Russell d'approuver un changement au plan officiel pour permettre la construction d'une tour de 16 étages, en bordure de la route 17.

L'entrepreneur en question, l'entreprise LLG Development, vient de répliquer en déposant une motion afin de faire invalider l'appel du plaignant devant la CAMO, soutenant qu'il n'a pas la légitimité d'agir dans ce dossier.

LLG Development invoque l'absence du conseiller Yvon Simoneau à une réunion publique du 3 septembre où il était question du projet.

«Yvon Simoneau n'a pas assisté à la réunion publique. Il n'a émis aucun commentaire oral, ni soumis par écrit des observations quant au projet au préalable», fait mention la motion déposée par le développeur.

LLG Development souligne également l'absence du plaignant lors d'une présentation offerte au public le 15 septembre. Cette réunion avait d'ailleurs semé la controverse, car plusieurs résidents se sont butés à une porte close. Yvon Simoneau était l'un d'eux. Le promoteur avait expliqué cette décision par le manque d'espace de la salle.

Le conseiller Simoneau a une tout autre théorie.

«Je suis confiant. Mon droit d'assister à cette réunion a été enfreint par le promoteur. J'étais présent à la réunion du 15 septembre, mais on m'a empêché d'entrer. On ne m'a pas donné la chance de faire ma démonstration...», réplique l'échevin Yvon Simoneau.

La commission des affaires municipales de l'Ontario déterminera le 29 janvier si elle entend ou non l'appel du conseiller municipal de Clarence-Rockland. L'ancien maire Marcel Guibord a déjà détenu des parts de l'entreprise LLG Development. Il les a cédés à ses partenaires lors de son élection.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer