Virage à 180 degrés à Clarence-Rockland

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.... (Étienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le maire de Clarence-Rockland, Guy Desjardins.

Étienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nouveau conseil de Clarence-Rockland fait table rase. Comme l'avait promis le nouveau maire Guy Desjardins, aussitôt élu, le conseil a entrepris un virage à 180 degrés afin de «tourner la page».

En premier lieu, les élus se sont entendus pour interrompre la diffusion du Vox Populi, la page d'annonces d'affaires publiques municipales publiée dans le Focus Prescott-Russell, une publication dont la ligne éditoriale penchait du côté du maire défait Marcel Guibord et de son équipe.

Lors du dernier mandat, le conseil municipal avait décidé de retirer le contrat publicitaire de la municipalité à l'hebdomadaire Vision, bien implanté dans la région depuis des décennies, pour le donner à l'éditrice d'un tout nouveau journal, Focus Prescott-Russell, qui défendait ouvertement les politiques de l'ancien maire Guibord.

La municipalité, selon plusieurs observateurs, se trouvait alors à financer un pamphlet «pro-Guibord» au cours de la campagne électorale.

Focus Prescott-Russell avait d'ailleurs fait les manchettes régionales avec la diffusion, en pleine campagne électorale, d'une comparaison photo bien peu flatteuse de la ferme du maire actuel Guy Desjardins et de la luxueuse demeure du maire défait Marcel Guibord.

Cette décision devrait signer la mort de la publication Focus Prescott-Russell, puisque la municipalité était le principal annonceur de journal.

«Du négatif comme la publication le "fuck us" diffusait, on n'en a pas besoin. Et si un journal repose sur un seul annonceur, dans ce cas, la Cité de Clarence-Rockland, il ne mérite pas d'être un journal», a commenté le maire.

La municipalité devrait engranger des économies de 50000 $ par année avec l'abolition du Vox Populi dans les pages du Focus Prescott-Russell.

Les élus devraient entériner la décision au cours de la prochaine réunion municipale.

Par ailleurs, le nouveau conseil a décidé de revenir sur la proposition de l'ancien conseil sous l'ère Guibord et de garder les frais de développement à un taux compétitif. L'ancien conseil proposait d'augmenter les frais autour de 19000 $ par année pour une maison unifamiliale à Rockland.

Le maire Desjardins s'est entendu avec les développeurs de la région pour des frais qui oscillent autour de 14500 $.

«Il faut rester compétitifs. Avec les frais de développement, personne n'aurait voulu développer, personne n'aurait voulu venir s'installer et on aurait fermé boutique. C'était carrément irraisonnable ce qui était proposé par l'ancien conseil», partage le maire Guy Desjardins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer