Des plans plus modestes pour le Village d'antan

Les artisans derrière le Village d'antan franco-ontarien (VAFO), dans l'Est... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les artisans derrière le Village d'antan franco-ontarien (VAFO), dans l'Est ontarien, devront revoir leurs plans. Devant les réalités financières, les croquis ont été renvoyés à la table à dessin et la firme chargée de promouvoir le projet est sur le point de présenter un projet « plus modeste », a appris LeDroit.

« Nous revoyons le projet pour qu'il soit plus modeste, plus réaliste et en plusieurs phases », a indiqué le directeur général du Groupe Simoncic, Daniel Simoncic.

L'entreprise de promotion et de gestion d'événements devrait présenter ses recommandations aux membres du conseil d'administration du Village d'antan franco-ontarien, au cours des prochaines semaines.

En 2012, le comité organisateur du projet avait lancé une vaste campagne de financement pour la construction d'une réplique vivante d'un village de l'Ontario français des années 1850 à St-Albert, en bordure de la fromagerie. Un village à l'image du Upper Canada Village, censé stimuler le tourisme dans la région. Les instigateurs du VAFO avaient évalué au départ le projet à près de 9 millions, espérant récolter 3 millions $ en dons de la communauté.

Malgré des efforts déployés par l'organisation pour rallier la communauté au projet, notamment l'embauche de l'ancien entraîneur du Canadien de Montréal, Jacques Martin, comme ambassadeur du projet, la campagne de financement stagne. D'abord prévue en 2015, l'ouverture du VAFO a été reportée en 2017.

« Nous avions prévu d'avoir au départ 15 bâtiments dans le village. Nous devons revoir à la baisse le nombre d'infrastructures. Nous allons en rajouter avec les profits que nous aurons fait après l'ouverture. Il y a toujours la préoccupation du financement », a déclaré Robert Laplante, le président du conseil d'administration du VAFO.

1,2 million $

Le comité a amassé à ce jour environ 1,2 million $, ce qui inclut la valeur du terrain promis par la fromagerie St-Albert. L'entente entre la fromagerie et le comité du VAFO n'a toutefois pas été formellement ratifiée.

L'organisation compte en fait sur des subventions du fédéral et du provincial pour mener à terme le projet. À demi-mot, le président du c.a. admet que ces sommes sont conditionnelles à la réalisation du VAFO.

« Si la province et le fédéral ne mettent pas une cenne, ça va être difficile de réaliser le projet », dit M. Laplante.

Le comité organisateur a à l'oeil deux enveloppes gouvernementales, soit le budget provincial pour les célébrations du 400e de présence francophone en Ontario en 2015 et celui des festivités du 150e anniversaire de la Confédération canadienne en 2017, au fédéral.

Selon certaines sources près du dossier, rien dans le budget du 400e en Ontario n'était prévu pour le projet du Village d'antan franco-ontarien. LeDroit n'a pu confirmer ce fait auprès du bureau de la ministre déléguée aux Affaires francophones, Madeleine Meilleur. Au moment d'aller sous presse, LeDroit était toujours dans l'attente d'une réponse.

La construction devrait débuter en 2015 et la réalisation des travaux devrait donner un nouveau souffle à la campagne de financement, croit le président du conseil d'administration du VAFO.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer