Clarence-Rockland: Les candidats à la mairie croisent le fer dans le calme

Le maire sortant Marcel Guibord et son opposant... (Samuel Blais-Gauthier, LeDroit)

Agrandir

Le maire sortant Marcel Guibord et son opposant Guy Desjardins, ont fait le serment solennel de ramener l'ordre et l'harmonie à la table du conseil de Clarence-Rockland.

Samuel Blais-Gauthier, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Si la table du conseil de Clarence-Rockland a ressemblé à une arène de boxe au cours des derniers quatre ans, tous les candidats et conseillers sortants à l'élection ont déposé les gants, hier, pour un débat qui s'est généralement déroulé dans l'harmonie.

Les deux candidats à la mairie ont clôturé la soirée en prêtant le serment de ramener l'ordre et le calme à l'hôtel de ville.

« Je jure que si je suis élu, je vais travailler avec tous les autres élus et les employés de la Ville, dans une atmosphère professionnelle. Je vais représenter les électeurs indépendamment, avec aucun favori ni antagoniste. Et si je ne suis pas élu, je jure de ne pas faire d'attaques personnelles et d'avoir des vendettas », ont promis, la main droite levée, les deux candidats à la mairie de Clarence-Rockland.

Le candidat Guy Desjardins a quand même décoché quelques flèches à l'endroit du maire sortant Marcel Guibord.

« Les taxes municipales à Clarence-Rockland sont maintenant les plus élevées des Comtés unis de Prescott et Russell. Les revenus de taxes sont passés de 10 à 16 millions $ en quatre ans. Cet argent aurait dû être injecté dans les routes et infrastructures de la municipalité, mais ça coûte cher, passer cinq directeurs généraux en quatre ans [...] », a lancé M. Desjardins.

Marcel Guibord, a ignoré les attaques préférant parler de sa priorité du moment, le budget

« Nous sommes à la fin octobre et novembre est à nos portes. Et nous n'avons pas encore commencé à travailler sur le budget, le plan budgétaire d'une municipalité est ce qui est de plus important pour une municipalité. C'est derrière un budget qu'un conseil se rencontre et discute », a déclaré Marcel Guibord.

Son rival, Guy Desjardins, a répliqué en faisait la promesse de geler les taxes municipales au cours de la première année de son mandat. Ce dernier a également enchaîné en indiquant qu'il voulait limiter la hausse des taxes foncières les années suivantes.

« Nos taxes sont devenues plus chères qu'à Orléans où les services sont plus accessibles », note M. Desjardins.

Ce dernier a également promis de limiter la hausse des frais de développement.

« Nous avons eu une rencontre ce soir avant le débat et on a proposé de hausser les frais de développement de 60 %. Il n'y a plus une maison qui va se construire à ce rythme-là », a déclaré M. Desjardins.

Le maire sortant est resté prudent sur ses promesses en terme de taux de taxes foncières.

« Il faut être réaliste. Nous pourrons geler les taxes seulement si nous attirons des gros projets qui vont nous amener des revenus », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer