Des jeunes passionnés au cube

André Cantin, Antoine Cantin et Louis Cormier font... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

André Cantin, Antoine Cantin et Louis Cormier font partie du «Club de cubes» de l'école secondaire L'Escale, à Rockland.

Martin Roy, LeDroit

Le cube Rubik, l'icône d'une époque - avec le Nintendo et le disco -, revient dans le vent.

Les deux mains à plat sur la table, Louis Cormier, un jeune mordu de Rockland, regarde son cube six couleurs. Au signal de départ, ses doigts s'agitent dans tous les sens. Quelques instants plus tard, il replace l'objet sur la table d'un coup sec. Le casse-tête est résolu en dix secondes et des poussières. Un coup de chance, peut-être. Il brasse les cartes et recommence. Cette fois, il résout l'énigme en huit secondes.

C'est pour s'occuper le temps d'un long voyage en auto, en mars 2009, que Louis Cormier emprunte le vieux cube Rubik de sa soeur aînée. « Pour passer le temps », dit-il.

Depuis, il ne s'en sépare plus. « C'est presque une dépendance. Je suis incapable de voir un cube Rubik défait. À la limite, c'est achalant. C'est une obsession : dès que je vois un cube, l'envie me prend de le résoudre », confie le jeune homme.

Plus de détails dans LeDroit du 27 février ou sur ledroitsurmonordi.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer