Pas d'autre camping nocturne, «mais»...

Des dizaines d'étudiants ont fait le pied de... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Des dizaines d'étudiants ont fait le pied de grue devant l'entrée du Cégep, dans le secteur Gatineau, dans la nuit de mardi à mercredi.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour éviter d'autres files d'attente nocturnes devant le campus Félix-Leclerc du secteur Gatineau, le Cégep de l'Outaouais songe à mettre en place un système d'achat de permis de stationnement en ligne à compter de la prochaine session hivernale. Cette mesure ne palliera toutefois pas au manque d'espaces de stationnement disponibles, précise le directeur général de l'institution collégiale, Frédéric Poulin.

Des dizaines d'étudiants ont fait le pied de grue devant l'entrée du Cégep, dans le secteur Gatineau, dans la nuit de mardi à mercredi. Ils espéraient mettre la main sur l'un des 400 permis de stationnement disponibles, dès l'ouverture des portes.

La demande est beaucoup plus forte que la capacité du stationnement depuis 2015, année de la fin des travaux d'agrandissement du bâtiment. Ces travaux ont entraîné la réduction de l'aire réservée aux voitures.

« On regarde définitivement à implanter un système d'achat en ligne », a confirmé le directeur Frédéric Poulin, mercredi.

Mais, il y a un « mais », précise-t-il.

« Ça ne règlera pas le problème de la rareté des places disponibles. »

Les étudiants sont plus que jamais attachés à leur voiture, même si le Rapibus s'arrête à quelques pas du Cégep.

Un permis de stationnement coûte 134 $ pour la session alors que et laissez-passer étudiant de la Société de transport de l'Outaouais (STO) en coûte 228 $, relate M. Poulin.

Habitudes de vie

« Même si les prix étaient les mêmes, commente-t-il, je crois que cela n'éliminerait pas le problème. Ce sont des habitudes de vie à changer. »

Il y eut un temps où le Cégep finançait une partie de l'achat des laissez-passer de la STO.

Les restrictions budgétaires ont eu raison de cette aide financière.

Ce secteur de la ville est en pleine expansion.

L'agrandissement du Cégep, la récente construction du Centre sportif (où le stationnement est déjà saturé), la présence de la Maison de la culture et de la bibliothèque, ainsi que la prochaine construction du nouvel Aréna Guertin attire de plus en plus d'automobilistes.

« Nous sommes un Cégep de région, explique le directeur Poulin. Les distances sont plus grandes qu'à Montréal, par exemple. Les gens font parfois jusqu'à une heure de route pour assister à leurs cours.

Le Cégep augmente les tarifs des vignettes de stationnement chaque année, selon l'Indice des prix à la consommation (IPC).

La direction ne veut pas augmenter les prix de façon draconienne, du jour au lendemain.

"Regardons ce qui se passe à l'Université d'Ottawa, relate M. Poulin. Tout le monde, sans exception, paie 400 $ pour le transport en commun dans les frais d'inscription. Certains ajoutent plus de 1000 $ pour avoir une vignette de stationnement, malgré tout."

Le campus Gabrielle-Roy, dans le secteur Hull, ne connait pas une pénurie semblable à celle du campus Félix-Leclerc.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer