Pas un sou pour les conseils scolaires francophones

Des 255 millions $ d'investissements annoncés par le gouvernement Wynne pour... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des 255 millions $ d'investissements annoncés par le gouvernement Wynne pour les écoles de la province, il n'y a pas un seul sou pour les institutions francophones. Dans la région, la nouvelle déçoit en partie le Conseil des écoles catholiques du Centre-Est (CECCE), mais laisse indifférent le Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO).

La province a donné son feu vert à 38 nouveaux projets, soit la construction de dix nouvelles écoles élémentaires et secondaires ainsi que l'agrandissement ou la rénovation de 28 autres établissements, mais aucun des conseils scolaires de langue française de l'Ontario n'en bénéficiera. Le Ottawa-Carleton District School Board (OCDSB) obtiendra quant à lui du financement pour concrétiser huit projets, dont la construction de gymnases. 

Selon la présidente du CECCE, Johanne Lacombe, il est clair que la moindre somme d'argent aurait été la bienvenue, ne serait-ce que pour effectuer certaines rénovations. 

« Il est certain que nous sommes un peu déçus, car on pense qu'il aurait dû y avoir une place pour les écoles francophones. Quel genre de message ça envoie ? Notre clientèle est en croissance, mais il ne faut pas oublier qu'il y a quand même du rattrapage à faire [...] En même temps, le processus fonctionne de façon à ce que ce soit toujours à l'automne que l'on soumet nos projets les plus prioritaires. On va attendre et espérer qu'il y aura de l'argent pour nous », lance-t-elle.

Le CEPEO soutient de son côté qu'il n'avait pas d'attente spécifique en vue de cette annonce. 

« On ne s'attendait à rien, car c'était vraiment une ronde de consolidation, dans la plupart des cas c'était pour des agrandissements. Ce sont des conseils scolaires dans des régions où on a dû fermer ou amalgamer des écoles. Nous n'en sommes pas là, car au contraire nous sommes en pleine croissance. On ne voyait pas où nous pouvions aller chercher du financement cette fois-ci, mais ça ne nous empêche pas de travailler sur beaucoup de dossiers », affirme la présidente, Linda Savard.

Si autant le CECCE que le CEPEO planchent sur plusieurs autres projets d'écoles pour le futur, ils rappellent également qu'ils oeuvrent conjointement depuis quelques mois afin de convaincre le gouvernement d'aller de l'avant avec la construction d'une école secondaire conjointe à Kingston, les besoins de la clientèle francophone ayant explosé depuis quelques années dans cette ville. Une réponse est attendue le plus rapidement possible, disent-ils.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer