Un plan de dix ans pour le Cégep de l'Outaouais

Le directeur général du Cégep de l'Outaouais, Frédéric... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

Le directeur général du Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin, espère l'ajout de deux nouveaux programmes par année pendant dix ans.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le directeur général du Cégep de l'Outaouais, Frédéric Poulin, espère qu'une réelle « tendance » s'amorcera avec l'arrivée de deux nouveaux programmes d'enseignement à l'automne prochain. S'il n'en tenait qu'à lui, deux nouvelles formations s'ajouteraient chaque année pendant toute une décennie.

La ministre responsable de la région, Stéphanie Vallée, a annoncé lundi l'octroi d'une aide financière de 573 000 $ au Cégep de l'Outaouais pour financer les ressources professionnelles et matérielles nécessaires à l'implantation des programmes Technique de l'architecture et Techniques juridiques. Cette somme s'ajoute au montant de 219 000 $ octroyé au printemps dernier lors de l'annonce de la création de ces programmes, qui accueilleront leurs premiers étudiants l'automne prochain.

Le Collège Héritage a pour sa part obtenu 137 341 $ pour la mise en place du programme Technique d'éducation spécialisée.

Le directeur général du Cégep de l'Outaouais a profité de l'annonce pour faire connaître son plan de développement pour les dix prochaines années.

Tout en soulignant que « l'écart est quand même grand » entre l'offre régionale et ce qui est proposé dans d'autres cégeps de la province, M. Poulin a indiqué que l'ajout de deux programmes par année pendant dix ans « serait raisonnable et réaliste ».

Deux demandes sont déjà sous analyse au ministère, ceux de Techniques d'intervention en loisirs et de Technologie de radiodiagnostic. Une autre demande partira en juin pour tenter d'obtenir le programme de Techniques de physiothérapie.

Dans les trois cas, des programmes équivalents sont offerts du côté ontarien, ce qui permettrait de rapatrier des étudiants de l'Outaouais qui traversent actuellement la rivière pour suivre leurs cours.

Espace

Le Cégep de l'Outaouais, qui accueille en moyenne quelque 4800 étudiants par session, pourrait donc manquer d'espace dans un avenir rapproché si les ambitions du directeur général deviennent réalité.

« Si on franchissait 5000 étudiants rapidement, on serait déjà au-delà de notre devis, donc d'ici deux ans, on pourrait aisément faire une demande au ministère », a fait savoir M. Poulin. Le cas échéant, un étage supplémentaire pourrait être ajouté au campus Félix-Leclerc dans le secteur Gatineau.

La ministre Vallée s'est montrée satisfaite de voir que les représentants du milieu de l'éducation postsecondaire de la région « travaillent fort pour mettre de l'avant des programmes qui vont être en synchronisation avec la volonté de retenir et d'attirer des jeunes ici ».

Il est toutefois « trop tôt » pour que la ministre s'avance sur un échéancier pour l'implantation de programmes supplémentaires, puisqu'« il faut permettre au ministère » de procéder à des analyses, a-t-elle dit.

Le président de l'Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais et recteur de l'Université du Québec en Outaouais, Denis Harrisson, a lui aussi invité « le gouvernement du Québec à poursuivre le rattrapage en mode accéléré pour que l'offre de programmes d'enseignement supérieur de l'Outaouais soit complète à tous les niveaux ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer