La grève se poursuit au CSDCEO

La grève des employés de soutien du CSDCEO... (Le Droit)

Agrandir

La grève des employés de soutien du CSDCEO se poursuit.

Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La grève des employés de soutien des écoles francophones du Conseil scolaire de district catholique de l'Est ontarien (CSDCEO) pourrait s'étirer encore plusieurs jours selon Jacynthe Barbeau, représentante nationale de la section 4155 du Syndicat canadien de la fonction publique.

Au moment de mettre sous presse jeudi, aucun retour à la table de négociation n'était prévu avec l'employeur après plus de trois jours de débrayage des quelque 260 employés syndiqués. 

« On n'a toujours pas de date de la part du conseil. On les a relancés à plusieurs reprises pour retourner à la table, mais malheureusement on n'a pas de nouvelles », a précisé Mme Barbeau. 

Celle-ci a également déploré l'utilisation de remplaçants temporaires par le CSDCEO. 

« C'est décevant de voir qu'ils concentrent leur énergie sur des choses comme ça plutôt que de retourner à la table où on pourrait négocier une convention collective équitable », a souligné Mme Barbeau.

Pour l'instant, le piquetage des surveillants, de secrétaires d'école, de commis, de préposés à l'entretien, de bibliotechniciens et de techniciens en informatique se poursuit. 

« On essaye vraiment d'avoir des dates. Notre souhait serait de négocier à partir de lundi prochain, mais on a essuyé un refus. On va les relancer avec d'autre date. Pour l'instant c'est vraiment un refus de leur part », a fait valoir M. Barbeau.  

Pour le syndicat, les points en litige concernent les conditions de travail, dont la dotation et la supplantation du personnel. 

Santé et de sécurité

Dans un communiqué publié jeudi, le CSDCEO défend cette décision d'utiliser des remplacements en soulignant que  « toutes les dispositions nécessaires sont prises afin d'assurer la sécurité, la santé et le bien-être des élèves et des membres du personnel »

Dans le même communiqué, François Turpin, directeur de l'éducation et secrétaire du CSDCEO, souligne que les conventions collectives de même que les lois sont respectées. M. Turpin réitère que la porte est toujours ouverte pour les négociations. 

« Nous ne souhaitons nullement un conflit de travail. Nous désirons poursuivre les négociations et conclure une entente pour le bien des membres du personnel, des élèves, des parents et de nos partenaires », a indiqué M. Turpin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer