Semaine de relâche: la CSCV retourne «faire ses devoirs»

Le président de la CSCV, Éric Antoine... (Benoit Sabourin, Archives Le Droit)

Agrandir

Le président de la CSCV, Éric Antoine

Benoit Sabourin, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tout indique que le congé de la relâche pourrait bel et bien se tenir une semaine plus tard en 2018 pour l'ensemble des élèves de l'Outaouais.

La Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) retournera en consultations auprès de son comité de parents et du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO).

Le président de la CSCV, Éric Antoine, a fait savoir au terme de la séance du conseil des commissaires, mercredi soir, qu'une décision officielle sur la question devrait être prise lors de la prochaine assemblée publique prévue le 15 février, à Buckingham. 

Le calendrier de la CSCV pour la prochaine année prévoit pour l'instant que la semaine de relâche débutera à la fin février.

Or, comme le révélait Le Droit, mercredi, la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais a proposé la semaine dernière un amendement afin que la semaine de relâche 2018 prévue du 26 février au 2 mars soit reportée du 5 au 9 mars, à condition qu'une entente intervienne avec le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO).

La Commission scolaire des Draveurs a abordé le dossier plus tôt cette semaine. Dans le camp du SEO, on soutient qu'il y a une volonté chez les 5100 membres du syndicat à aller de l'avant avec un décalage du congé de la relâche si les trois commissions scolaires concernées en arrivent à une entente commune.

«Il y a une volonté de vouloir s'arrimer avec les autres commissions scolaires de la région. L'argument principal est de faire le mieux possible pour nous élèves et de convenir à la satisfaction des parents et nous avons décidé de faire nos devoirs et de retourner voir les groupes impliqués», a indiqué M. Antoine, mercredi soir. 

À moins d'une surprise au terme des consultations, la CSCV devrait donc emboîter le pas à ses voisines et donner le feu vert au changement de dates, a déclaré M. Antoine.

À noter que la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais serait également prête à faire le changement, même si ses enseignants ne sont pas membres du SEO.

Les instigateurs de la démarche prétendent notamment que le report du long congé lors de la première semaine de mars donnerait l'opportunité aux familles à faible revenu de l'Outaouais de faire des activités avec leurs enfants puisque celles-ci reçoivent leur prestations en début de mois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer