Ud'O: l'embauche de professeurs unilingues dénoncée

L'unilinguisme au sein de la direction de l'Université... (Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit)

Agrandir

L'unilinguisme au sein de la direction de l'Université d'Ottawa est dénoncé par les associations étudiantes.

Simon Séguin-Bertrand, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (Ud'O) dénonce l'embauche de professeurs unilingues anglophones aux postes de vice-doyens et de directeur au sein de la Faculté des sciences de la santé.

« Cette situation cause un réel problème parce que les étudiants ne sont pas en mesure de communiquer dans la langue de leur choix », explique Julien de Bellefeuille, représentant des droits étudiants.

La Fédération fait référence à des plaintes reçues concernant la professeure Wendy Sword, directrice et doyenne associée de l'École des sciences infirmières, et le professeur Jeffrey Jutai, directeur et doyen associé par intérim de l'École interdisciplinaire des sciences de la santé.

Selon M. de Bellefeuille, le Centre des droits étudiants de l'université a dû intervenir en tant qu'interprète à plus d'une reprise lors de rencontre entre des étudiants et M. Jutai ou Mme Sword.

« Ça cause un stress inutile aux étudiants. S'ils doivent faire affaire avec un directeur, c'est souvent parce qu'il y a un problème ou une plainte. C'est déjà une situation stressante pour les étudiants. S'ils ne peuvent pas communiquer dans la langue dans laquelle ils sont à l'aise, ça vient empirer la situation », soutient le représentant des droits étudiants.

De son côté, l'université soutient que les membres du personnel enseignant doivent atteindre ou s'engager à atteindre un niveau de bilinguisme requis pour exercer leurs fonctions. Un délai d'environ cinq ans est accordé pour leur permettre de rencontrer ces exigences, soit avant qu'une demande de permanence ne soit effectuée. De plus, selon la politique de l'institution, tout étudiant peut communiquer dans les deux langues avec l'administration centrale, les services généraux et l'administration interne des facultés et des écoles.

« Si les employés ne répondent pas aux exigences de bilinguisme, ils sont en train de suivre des cours pour acquérir les connaissances requises, explique Isabelle Mailloux-Pulkinghorn, gestionnaires des relations avec les médias par intérim. Entre temps, il y aura toujours quelqu'un de disponible dans l'équipe pour répondre aux questions soit en anglais ou en français. »

L'administration de l'Ud'O n'a pas voulu commenter spécifiquement le cas des professeurs Wendy Sword et Jeffrey Jutai.

La Fédération exige que l'université et sa Faculté des sciences de la santé prennent au sérieux leur mandat de bien desservir la communauté francophone et franco-ontarienne en remplaçant le personnel unilingue anglophone à la direction de la Faculté des sciences de la santé par du personnel bilingue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer