Compressions retardées à la bibliothèque de l'Ud'O

Le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont, avait... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont, avait annoncé la semaine dernière la mise sur pied d'un comité spécial chargé d'étudier la question.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université d'Ottawa (Ud'O) suspend sa décision d'annuler l'abonnement de sa bibliothèque à plus de 1000 publications, le temps qu'un comité spécial puisse « trouver ses solutions viables à plus long terme ».

Alors que quelque 3400 signatures ont été recueillies par le biais d'une pétition en ligne pour dénoncer les compressions dans les collections de la bibliothèque de l'Ud'O, le recteur Jacques Frémont a annoncé, le 24 octobre, la création d'un comité spécial dont le mandat « sera de se pencher sur les préoccupations soulevées par la communauté universitaire et l'évolution du milieu des communications savantes », a indiqué l'université.

Le Sénat de l'université a pour sa part adopté, lundi, une motion pour « suspendre jusqu'en janvier 2017 le désabonnement à plus de 1000 revues et bases de données ».

L'instigateur de la pétition, le professeur au département de biologie Jules Blais, avait vivement critiqué la décision de l'établissement de ne pas renouveler les abonnements de plus de 4700 titres, en ligne ou en version imprimée. La majorité des titres visés sont anglophones et proviennent des éditeurs Springer et Taylor & Francis, mais le plan prévoyait également le désabonnement à des journaux comme The Globe and MailLeDroitThe Ottawa Citizen et The Wall Street Journal.

« Le comité, sous la direction de la bibliothécaire en chef examinera les enjeux liés aux publications savantes et l'impact qu'aurait une réduction des collections sur la recherche et l'apprentissage, a indiqué la porte-parole de l'Ud'O, Isabelle Mailloux Pulkinghorn. Il recommandera des stratégies pour répondre aux besoins de nos chercheurs et de nos étudiants tout en tenant compte des défis budgétaires. Le comité sera composé de professeurs, bibliothécaires, étudiants ou administrateurs. Ils débuteront leurs travaux sous peu et présenteront un rapport au début 2017. »

Défis financiers

Mme Mailloux Pulkinghorn note que « l'université fait face à des défis financiers et tous les secteurs, y compris la bibliothèque, ont dû revoir leur budget ».

Les compressions visées à la bibliothèque, d'une valeur totale de près de 2 millions$, sont entre autres liées à « l'absence d'indexation pour contrer les augmentations annuelles des coûts de la documentation savante, l'absence d'une stratégie d'atténuation pour résoudre le problème des fluctuations monétaires et de la faiblesse du dollar canadien par rapport au dollar américain, et l'imposition de l'Université d'une coupe budgétaire généralisée de 2 % pour 2016-2017 », peut-on lire sur le site internet de l'établissement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer