Plaidoyer contre la violence sexuelle

Jacques Frémont admet que le changement de culture... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Jacques Frémont admet que le changement de culture à l'Université d'Ottawa prendra probablement du temps, mais « nous continuerons de travailler sans relâche dans ce dossier », promet-il.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Réagissant dimanche aux épisodes qui ont entaché la réputation de l'Université d'Ottawa au cours des dernières années, le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont, s'est dit déterminé à ce que l'institution soit exempte de violence sexuelle.

Dans un long discours prononcé dimanche matin à la suite de sa cérémonie d'installation comme 30e recteur de l'Université d'Ottawa (Ud'O), M. Frémont a tenu à réagir sur les récents événements de présumées inconduites sexuelles par des étudiants dans des bars du centre-ville.

« Je suis déterminé à ce que notre université soit un milieu de vie où on peut apprendre, enseigner et travailler dans un environnement sain, exempt de discrimination, de harcèlement et de violence sexuelle », a lancé Jacques Frémont lors de son discours qui avait lieu dans le cadre de la collation des grades de l'automne 2016. Ses propos ont été suivis d'une salve d'applaudissements.

Le journal étudiant La Rotonde de l'Université d'Ottawa a récemment dévoilé des détails sur la tenue du « Tour des Anciens », où des étudiants, le 7 octobre, ont fait la tournée de plusieurs bars et ont été invités à prendre part à des activités, parfois à caractère sexuel, afin de récolter des points. L'activité était organisée par l'Association des étudiants en sciences. Yasmine Mehdi, la journaliste qui a infiltré la soirée, a reçu des messages haineux à la suite de la publication de son article. 

Le programme de hockey des Gee Gees de l'Université d'Ottawa avait été suspendu pour la saison 2014-2015 en lien avec une présumée agression sexuelle sur une femme de 21 ans par deux joueurs de l'équipe lors d'un voyage à Thunder Bay, en février 2014. Les deux individus, qui ont plaidé non coupables, doivent subir leur procès à l'été 2017.

Le recteur Frémont a indiqué que beaucoup de temps a été accordé au cours des dernières années à l'Université d'Ottawa pour mettre en place des politiques et des processus visant à mieux prévenir la violence sexuelle sur le campus.

« Le changement de culture prendra probablement du temps, comme nous l'ont démontré les récents événements. Nous continuerons de travailler sans relâche dans ce dossier », a-t-il ajouté lors de son allocution au Centre national des arts.

Francophonie et technologie

Durant son discours, le recteur a tenu à souligner le caractère bilingue de l'UO, et combien cela définit son identité et son dynamisme.

« Nous jouons et devons continuer à jouer un rôle de tout premier plan au soutien des communautés francophones minoritaires », a notamment plaidé M. Frémont.

« L'Université d'Ottawa continuera à développer son expertise dans le bilinguisme en faisant la promotion du bilinguisme comme moyen commun pour vivre et grandir, d'un point de vue autant sociologique que scientifique et neurologique », a indiqué le recteur de l'UO.

Jacques Frémont a aussi affirmé que les technologies d'aujourd'hui font en sorte que les universités n'ont plus l'exclusivité du savoir, et de la création et de la diffusion des connaissances. Il a notamment cité Steve Jobs, d'Apple, et Bill Gates, de Microsoft, qui n'ont jamais terminé leurs études universitaires, mais que cela ne les a pas empêchés de devenir des modèles de réussite. 

Il s'est cependant dit convaincu que les universités ne sont pas devenues obsolètes, malgré ce qu'en disent certaines personnes, en raison des cours offerts souvent gratuitement en ligne. Selon M. Frémont, les universités doivent s'adapter aux changements et poussées technologiques.

« Les technologies ont déjà modifié en profondeur la façon dont nous enseignons et communiquons avec les étudiants. C'est une bonne chose. Les technologies nous forcent à réinventer les fins de l'enseignement, et je pense honnêtement que la qualité des nouveaux diplômés est meilleure que ce qu'elle était il y a une dizaine d'années », a-t-il élaboré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer