Pas d'enquête sur le « Tour des Anciens » à l'Ud'O

Le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

Le recteur de l'Université d'Ottawa, Jacques Frémont

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trois jours après que la controverse entourant une activité à caractère sexuel ait éclaté sur le campus de l'Université d'Ottawa (Ud'O), le recteur Jacques Frémont a affirmé qu'il n'y aura pas d'enquête interne afin de faire la lumière sur les événements.

M. Frémont réagissait à l'article publié dans le journal étudiant La Rotonde, lundi, dévoilant la tenue du « Tour des Anciens », où des étudiants font la tournée de plusieurs bars et sont invités à prendre part à des activités, parfois à caractère sexuel, afin de récolter des points.

Les organisateurs de l'activité ne feront pas face à des sanctions, a ajouté le recteur alors qu'il prenait la parole publiquement pour la première fois, jeudi matin. Il a donné son appui à la Fédération étudiante de l'Ud'O qui annoncé, mardi, qu'elle mènerait une enquête sur la fête qui s'est déroulée le 7 octobre dernier. 

Choqué par les révélations entourant le « Tour des Anciens », le recteur soutient que cette « culture est profondément enracinée dans notre milieu ». L'université a mis de nouvelles politiques en place afin d'empêcher et dénoncer la tenue d'activités à caractère sexuel.  

« Vous vous rendez compte que toute la communauté a travaillé depuis un an pour développer une politique contre la violence sexuelle et tout le monde a mis la main à la pâte, les syndicats sont d'accord, les Associations étudiantes aussi, explique le recteur. On a fait une rentrée différente. Beaucoup d'efforts ont été mis dans la formation et là on se ramasse avec un événement comme ça. Évidemment, ça montre à quel point cette culture-là est profondément enracinée dans notre milieu, dans la société en général. »

Le recteur espère que les événements des derniers jours permettront de poursuivre la discussion sur le campus et dans la société afin d'enrayer la culture du viol et sensibiliser les étudiants. 

Messages haineux

Yasmine Mehdi, la journaliste qui a infiltré la soirée du 7 octobre dernier, a reçu des messages haineux  à la suite la publication de son article. Jacques Frémont se dit préoccupé par de tels agissements et qualifie les propos de « totalement inacceptables ».

L'Université rappelle que des services sont disponibles afin de soutenir les personnes touchées par les événements et tous les étudiants qui auraient participé à de telles activités contre leur gré.  

L'Association des étudiants en sciences (AÉS) s'est excusée publiquement à « ceux et celles qui ne se sentaient pas en sécurité ou qui se sentaient mis sous pression à un de nos événements ». Le « Tour des Anciens » n'aura plus lieu dans les années futures, a déclaré l'AÉS, mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer