Activité à caractère sexuel: l'Ud'O condamne, l'association s'excuse

« Photo publiée le 8 octobre 2016 sur... (Crédit: www.larotonde.ca)

Agrandir

« Photo publiée le 8 octobre 2016 sur Facebook par un des participants du VET'S TOUR 2016, sur laquelle on aperçoit la liste des défis », écrit La Rotonde, le journal étudiant francophone de l'Université d'Ottawa, dans son édition de lundi.

Crédit: www.larotonde.ca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des voix s'élèvent à l'Université d'Ottawa (Ud'O) afin de dénoncer une activité à caractère sexuel.

Le « Tour des Anciens » est une activité étudiante dont les coulisses ont été dévoilées dans un article du journal étudiant La Rotonde, lundi, faisant éclater la controverse sur le campus universitaire.

Les participants à l'événement étaient invités à prendre part à des activités, parfois à caractère sexuel, afin de récolter des points. Ceux-ci étaient plus élevés si la personne qui relève le défi est en sous-vêtement, ou encore en tenue d'Ève ou d'Adam. « Parmi les dizaines de défis listés, on dénote : manger des poils pubiens en faisant des bruits de nature sexuelle, pour 1000 points », écrit Yasmine Mehdi, la journaliste de La Rotonde qui s'est infiltrée dans la soirée du 7 octobre dernier. Plusieurs points seraient aussi accordés si les participants ont des rapports sexuels avec un des juges.

La Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa (FÉUO) mène une enquête interne afin de savoir ce qui s'est passé le 7 octobre dernier et de déterminer les mesures qui seront prises. Il est trop tôt pour dire si des sanctions seront imposées. La FÉUO, qui a réagi en fin d'après-midi mardi, condamne toute action ou activité qui vise à promouvoir la culture du viol.

« Ça fait cinq, six ans qu'on parle de cet enjeu et c'est à nous d'éduquer les gens et de nous éduquer nous-mêmes », affirme Francesco MacAllister-Caruso, vice-président aux services et communications de la Fédération.

L'Association des étudiants en sciences (AÉS), dont certains étudiants étaient hôtes de la soirée, a dénoncé publiquement l'activité sur son site internet. 

« Nous aimerions nous excuser auprès de ceux et celles qui ne se sentaient pas en sécurité ou qui se sentaient mis sous pression à un de nos évènements, quel qu'il soit, cela n'a jamais été notre intention. [...] Cependant, nous réalisons que malgré nos efforts, certains évènements présentaient des risques où la violence sexuelle et le harcèlement sexuel auraient pu avoir lieu. Nous sommes toujours en train d'apprendre comment la violence sexuelle est propagé [sic] dans notre campus ; nous avions donc décidé d'annulé [sic] l'évènement Le Tour des Anciens pour les années futures », déclarent les membres, ajoutant que l'activité ne représentait pas les valeurs de l'AÉS.

L'université condamne

Par ailleurs, l'Université d'Ottawa condamne vigoureusement la tenue récente d'un tel événement. Sur son site internet lundi soir, l'administration a rappelé son approche de tolérance zéro à l'égard de la violence sexuelle. Le règlement existant à l'Ud'O « constitue un jalon important dans les efforts déployés pour améliorer les services et mettre en place une culture favorisant les comportements respectueux, la prévention de la violence sexuelle et le maintien d'un environnement propice au travail et à l'apprentissage ».

Les représentants de l'établissement n'accordaient pas d'entrevues au lendemain de la controverse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer