Création d'une bourse «communautaire»

«Il va de soi que des gens qu'on... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

«Il va de soi que des gens qu'on forme chez nous vont éventuellement oeuvrer dans les organismes communautaires, soit à titre de travailleurs, soit à titre de bénévoles», soutient le président de l'ACÉSO, Frédéric Poulin.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une quinzaine d'organismes communautaires ont puisé dans leurs maigres ressources financières pour appuyer l'Alliance pour la cause de l'enseignement supérieur en Outaouais (ACÉSO) afin de créer une bourse d'études postsecondaires.

La toute première Bourse communautaire Deslauriers de 1500 $, qui sera offerte au cours de l'année 2016-2017, a été nommée en l'honneur du professeur à la retraite en travail social de l'Université du Québec en Outaouais, Jean-Pierre Deslauriers. Les critères de sélection doivent être élaborés prochainement, mais chose certaine, il faudra que les projets soumis soient réalisés dans un milieu communautaire et qu'ils contribuent « significativement au développement social en Outaouais ».

La mise en place de cette bourse, à laquelle chaque organisme communautaire participant versera 100 $ provenant de ses activités d'autofinancement, découle d'une volonté du milieu de contribuer au mouvement lancé en 2011 lors de la création de l'ACÉSO. Les montants consacrés à la bourse seront déposés dans une fiducie gérée par Centraide Outaouais.

« On ne forme pas juste des travailleurs, on forme aussi des citoyens, a souligné le directeur général du Cégep de l'Outaouais et président de l'ACÉSO, Frédéric Poulin. Il va de soi que des gens qu'on forme chez nous vont éventuellement oeuvrer dans les organismes communautaires, soit à titre de travailleurs, soit à titre de bénévoles. »

M. Poulin a profité de l'annonce de la création de la bourse, lundi, pour ouvrir la porte à un siège réservé au milieu communautaire au conseil d'administration de l'ACÉSO.

Le directeur général du Centre d'intervention en abus sexuels pour la famille (CIASF), Simon Drolet, qui agit à titre de coordonnateur par intérim du projet de bourse, a souligné à quel point les liens entre le milieu communautaire et les institutions d'enseignement étaient importants, notamment pour la recherche.

Le professeur à la retraite Jean-Pierre Deslauriers a lui-même consacré sa carrière à la recherche qualitative sur les groupes communautaires, a souligné M. Drolet. Celui qui prête son nom à la bourse s'est montré ému, et a mentionné que ce projet est « tout à l'honneur » des organismes communautaires, qui peinent parfois à joindre les deux bouts et qui ont malgré tout trouvé les moyens de venir en aide à des étudiants avec cette initiative.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer