Jeu controversé à l'UQO: les responsables s'excusent

Les trois responsables du jeu à caractère sexuel qui a semé la controverse à... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Les trois responsables du jeu à caractère sexuel qui a semé la controverse à l'Université du Québec en Outaouais se sont confondus en excuses lundi.

Les trois chefs démissonnaires de la délégation des Jeux de la communication à l'UQO ont rédigé une lettre dans laquelle ils s'excusent, affirmant du même souffle être «de jeunes cons qui ont fait une grave erreur».

Erik Colto, Moke Langevin et Félix Paquet n'imaginaient pas que les «12 travaux d'Hercule», une liste de tâches à accomplir lors d'une soirée d'intégration la semaine dernière, comme prendre une photo de sein ou boire un shooter dans un craque de seins, prendrait une telle ampleur. Les trois universitaires admettent avoir peur de perdre le privilège d'étudier à l'UQO et souhaitent tourner la page sur cette controverse.

Rappelons que le recteur Denis Harrisson n'a pas écarté la possibilité de suspendre les trois responsables de la controverse. Une enquête est en cours à l'université.

De son côté, le département de communication de l'Université de Montréal a annoncé qu'il retirait son soutien financier aux Jeux de la communication pour la délégation de son établissement. Cette réaction vise à «dénoncer le sexisme et les comportements discriminatoires inacceptables qui, selon nos informations, ont été observés dans la préparation des Jeux lors des dernières années», peut-on lire dans une publication Facebook du département.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer