L'immigration provoque un décalage budgétaire à la CSPO

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré... (ETIENNE RANGER, Archives LeDroit)

Agrandir

La présidente de la CSPO, Johanne Légaré

ETIENNE RANGER, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'arrivée massive d'immigrants au cours de la dernière année force la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) à vivre avec un décalage budgétaire dans le financement accordé pour ses classes d'accueil et pour le soutien à la francisation.

En date du 30 septembre 2015, la CSPO comptait 455 élèves dans une classe d'accueil ou recevant un soutien à la francisation dans une classe régulière. Québec se base sur ce nombre afin de calculer le financement accordé à la commission scolaire pour ces deux services.

Or, de nombreux immigrants sont arrivés sur le territoire de la CSPO au cours de la dernière année. Des réfugiés syriens, mais aussi des immigrants d'un peu partout. À la fin des classes, en juin, ils n'étaient plus 455, mais bien 683 dans les classes d'accueil ou en soutien à la francisation.

En ce début d'année scolaire 2016-2017, ils sont 732 dans l'un ou l'autre de ces programmes bénéficiant d'un financement particulier.

Classes pleines

En fonction du dénombrement de 455 élèves réalisé il y a près d'un an, la CSPO reçoit 1,3 million $ pour l'année en cours afin de pouvoir aux besoins des quelque 730 écoliers de ses classes d'accueil et du soutien à la francisation. « L'an passé, on avait 12 classes d'accueil, et là, on est rendu à 16 pour le primaire et le secondaire, souligne la présidente de la CSPO, Johanne Légaré. [...] En ce moment, nos classes sont pleines, donc on risque d'avoir à en ouvrir d'autres pendant l'année. »

La CSPO a reçu l'an dernier un premier montant de près de 80 000 $ du gouvernement fédéral pour les réfugiés syriens, et attend un autre versement. Pour ce qui est de l'enveloppe provinciale, Québec pourrait octroyer une « mesure d'aide » à la CSPO « pour pallier à cette forte augmentation d'immigrants arrivés pendant la dernière année scolaire », a indiqué Mme Légaré.

Comme le financement qui se basera sur les données au 30 septembre prochain n'arrivera que pour l'année scolaire 2017-2018, le CSPO compte puiser les montants nécessaires au maintien des services dans son budget de fonctionnement.

Trop tard, dit QS

Par ailleurs, Québec solidaire (QS) estime que l'annonce de la création d'une faculté satellite de médecine en Outaouais arrive «trop tard», que les cours se donneront «trop loin» de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) et que la formation comprendra «trop d'anglais».

Dans un communiqué émis jeudi, QS rappelle avoir mis de l'avant l'idée d'une faculté satellite pour la région dès 2007, et déplore qu'une partie de la formation de base sera donnée en anglais. Le parti juge cette situation «totalement inacceptable dans une région francophone du Québec».

QS estime que si l'Université McGill «est incapable de fournir un enseignement en français», la loi doit être modifiée afin que la région de l'Outaouais soit rattachée à une faculté de médecine d'une université francophone.

«Autre problème avec ce projet, son emplacement à l'hôpital du secteur Gatineau est à 12 km de notre université régionale, ce qui va rendre beaucoup plus difficile le développement d'une faculté des sciences de la santé», dénonce également Québec solidaire.

Nouveau programme offert au CFP de l'Outaouais

Un nouveau programme baptisé Conseil et vente de pièces d'équipement motorisé sera offert dès la fin septembre au Centre de formation professionnelle (CFP) de l'Outaouais.

Le CFP a fait savoir par communiqué qu'une visite dans plus de 6 entreprises de ce secteur d'activités a permis de constater des difficultés en matière de recrutement et de rétention de personnel qualifié, que ce soit pour les postes de commis aux pièces et accessoires, de magasinier ou de conseiller à la vente de pièces mécaniques.

La nouvelle formation, qui s'étend sur 1095 heures, mène à l'obtention d'un diplôme d'études professionnelles reconnu.

Le CFP souligne également que « les perspectives de carrières sont intéressantes puisque les diplômés pourront accéder à des postes de gérant des pièces, conseiller technique ou encore directeur du service de l'approvisionnement et des pièces ». 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer