Les syndicats ont les services aux élèves à l'oeil

Contrairement à la dernière année scolaire, qui fut... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Contrairement à la dernière année scolaire, qui fut bien mouvementée au Québec, aucun débrayage n'est prévu en 2016-2017.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les nombreuses journées de grève observées dans les écoles du Québec l'an dernier sont chose du passé, mais les syndicats n'entendent pas baisser les bras et comptent veiller au grain pour assurer que les élèves aient accès aux services auxquels ils ont droit.

En Ontario comme au Québec, des milliers de petits et grands enfants ont repris cette semaine le chemin de l'école avec leur sac à dos bien rempli. Mercredi, ce sont notamment les élèves des commissions scolaires des Draveurs et des Portages-de-l'Outaouais qui vivent ce grand jour.

Après une année 2014-2015 marquée par plusieurs journées de grèves de la part du personnel enseignant et de soutien, les parents de l'Outaouais peuvent avoir l'esprit tranquille à ce chapitre. Les conventions collectives sont signées, de sorte qu'aucun débrayage n'est à l'horizon.

Le président du Syndicat du soutien scolaire de l'Outaouais (SSSO-CSQ), Pierre Provençal, juge toutefois opportun de dénoncer les compressions de postes dans le réseau public, et ce dans le but de faire valoir «l'égalité des chances en éducation».

Manque de moyens 

Le SSSO craint notamment que le taux de décrochage scolaire - qui atteignait 23,9% en Outaouais en 2013-2014 - augmente au fil des ans en raison des compressions budgétaires imposées aux commissions scolaires. «C'est une dénonciation aussi de ce que les gens ne voient pas, affirme M. Provençal. [...] On le voit et on le sent, dans le milieu, qu'on manque de moyens pour donner les services.»

M. Provençal soutient également que lorsque des compressions touchent le personnel de soutien ou le personnel professionnel, ce sont non seulement les élèves qui écopent, «mais aussi les enseignants».

Le SSSO réclame donc «que le gouvernement et son ministre de l'Éducation prennent enfin les choses en main pour améliorer la persévérance scolaire et la réussite éducative». «Nous avons beaucoup d'attentes quant à la consultation pour une politique sur la réussite éducative annoncée au printemps dernier, a souligné le syndicat. Au-delà d'une mise à niveau nécessaire dans les infrastructures scolaires, ce sont les élèves qui doivent être au coeur des actions politiques en éducation.»

La Fédération autonome de l'enseignement, dont fait partie le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais, a pour sa part invité les abonnés de sa page Facebook à participer au mouvement des chaînes humaines organisé pour la rentrée par le mouvement Je protège mon école publique. Des chaînes humaines sont prévues jeudi devant certaines écoles de la province, mais aucune n'a encore été confirmée pour l'Outaouais.

Prudence près des écoles, rappelle le SPVG

«La sécurité des écoliers doit rester une priorité... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit) - image 3.0

Agrandir

«La sécurité des écoliers doit rester une priorité absolue pour tous», souligne le SPVG.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Les policiers de Gatineau sont aux aguets en cette semaine de rentrée scolaire, afin d'assurer la sécurité des élèves, en portant notamment «une attention particulière» aux excès de vitesse, au non-respect des arrêts obligatoires et aux arrêts interdits à proximité des écoles.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a tenu à souligner, mardi, que même si «les premières journées sont parfois stressantes, voire chaotiques, la sécurité des écoliers doit rester une priorité absolue pour tous». Un message qui s'adresse aux usagers de la route circulant dans les zones scolaires, mais aussi aux parents qui reconduisent leur progéniture à l'école, précise le SPVG.

De grandes bannières montrant des écoliers et portant le message «De retour, soyez vigilants!» ont été installées sur quatre autobus de trois compagnies de transport scolaire qui circulent «à divers endroits stratégiques» à Gatineau.

Tolérance zéro

Le SPVG promet d'appliquer une «tolérance zéro pour les stationnements illégaux dans les zones scolaires», puisque de nombreux automobilistes immobilisent encore leur véhicule de manière inadéquate.

Les parents qui vont mener leurs enfants à l'école en voiture ne doivent en aucun temps se stationner «en double» ou dans un endroit non prévu à cet effet, rappellent les autorités, même si ce n'est que pour un court laps de temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer