Porte ouverte à une taxation scolaire régionale

Le ministre Sébastien Proulx affirme que l'avenue de la... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Le ministre Sébastien Proulx affirme que l'avenue de la taxe régionale s'avère «la plus probable», mais note qu'aucune décision n'a été prise.

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, ne ferme pas la porte à l'uniformisation du taux de taxation scolaire pour l'ensemble de l'Outaouais.

Alors que le président de la Commission scolaire des Draveurs (CSD), Claude Beaulieu, a réclamé au début de l'été que Québec impose un taux unique de taxation scolaire pour toute la région, le ministre Proulx a fait savoir, jeudi à Gatineau, qu'un comité de travail se penche actuellement sur la question.

La CSD est préoccupée par le choix qu'ont récemment fait quelque 4000 de ses contribuables de transférer leur compte de taxes vers la commission scolaire Western Québec, où la facture est moindre. Résultat: la CSD a été contrainte d'augmenter de 5% la facture envoyée aux contribuables restants.

«Je comprends que ça crée des tensions et des inégalités», a mentionné le ministre Proulx en précisant que «le gouvernement précédent a mis fin à la péréquation (entre les commissions scolaires) sur une période de trois ans» et qu'«aujourd'hui, presque l'ensemble de cette péréquation est disparue dans les grands centres».

Le comité doit déterminer «quels seront dans l'avenir les écarts», et comment ils pourraient être atténués «autrement que par une péréquation qui coûtait à l'État près de 400 millions $». «Une des pistes de solutions, c'est la régionalisation, reconnaît Sébastien Proulx. Est-ce que c'est celle qui sera prise à terme? Je ne le sais pas, mais c'est une des pistes de solutions.»

Le ministre affirme que cette avenue s'avère «la plus probable», mais note qu'aucune décision ne sera prise avant la fin des travaux du comité.

M. Proulx a également rappelé que tout propriétaire n'ayant aucun enfant sur les bancs d'école a le loisir de verser ses taxes à la commission scolaire francophone ou anglophone de son territoire. Le président de la CSD avait d'ailleurs dénoncé que des propriétaires d'immeubles à logements où demeurent des enfants d'âge scolaire puissent verser leurs taxes à la commission scolaire de leur choix.

«Je ne vois pas de quelle façon je pourrais - autrement qu'en ajustant la taxation pour l'ensemble de la région - intervenir. C'est un choix qu'ils font.»

Nouvelle école à Val-des-Monts: Québec «sera au rendez-vous»

Le ministère de l'Éducation «sera au rendez-vous» pour permettre la construction d'une nouvelle école primaire à Val-des-Monts si la CSD et la municipalité s'entendent avec le promoteur du terrain convoité sur la montée Paiement.

De passage à Gatineau jeudi, le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, a indiqué au Droit avoir demandé à son ministère «de faire le suivi» du dossier à la lumière des plus récents développements, qui montrent que l'aménagement du terrain du 2205, montée Paiement nécessiterait un investissement supplémentaire de 1,7 million $. Le terrain qui était précédemment ciblé, sur la route du Carrefour, nécessitait des travaux évalués à 3,2 millions $.

«Tant mieux si on est capable de travailler à moindre coût, a réagi le ministre Proulx. Ce que je souhaite, c'est qu'à Val-des-Monts, il puisse y avoir une école. [...] Il y avait un enjeu qui était hors de mon contrôle à l'époque, maintenant si on est capable de travailler, si on a un terrain d'identifié, si on a un promoteur, une commission scolaire et une municipalité qui s'entendent, le ministère sera au rendez-vous pour travailler à la construction de l'école. Il reste à finaliser le plan d'affaires, et ce sera fait dans les prochaines semaines.»

Le budget pour la construction de l'école avait été alloué par Québec en 2013. À l'heure actuelle, de nombreux élèves du primaire sont déplacés de Val-des-Monts vers Gatineau, faute de place dans les écoles de leur municipalité. Si les choses évoluent rondement, la nouvelle école pourrait ouvrir en 2018.

La maire de La Pêche déçu

Le maire de La Pêche, Robert Bussière, se dit «sérieusement déçu» de voir que Québec n'a pas consenti à la demande de construction d'une nouvelle école primaire pour les enfants de sa municipalité.

Alors que la CSPO vient d'obtenir 80,1 millions $ de Québec pour la construction de trois nouvelles écoles à Gatineau, la demande qui avait été présentée pour remplacer l'école Au-Coeur-des-Collines par un établissement neuf n'a pas été retenue, pour l'instant, par le ministère de l'Éducation.

«Je suis déçu qu'on ne soit par une priorité pour le gouvernement, a réagi le maire Bussière. La CSPO a mis le projet dans ses demandes, mais je ne sais toujours par si elle l'a mis dans ses priorités.»

Le maire appuie les revendications d'un comité de parents pour la construction d'une nouvelle école afin de remplacer l'établissement actuel, où les élèves sont accueillis dans deux bâtiments séparés. Outre le manque d'espaces, des parents ont affirmé au cours des derniers mois avoir des inquiétudes quant à la salubrité des immeubles fréquentés par leurs enfants.

Le ministre de l'Éducation, Sébastien Proulx, affirme que les demandes qui n'ont pas encore été acceptées continuent à être analysées. Sa collègue ministre responsable de l'Outaouais, Stéphanie Vallée, a ajouté que des investissements ont été annoncés au cours de la dernière année pour certaines rénovations à l'école Au-Coeur-des-Collines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer