Un coup de pouce de Gatineau pour l'UQO

L'Université du Québec en Outaouais travaille déjà sur une analyse... (Archives, Ledroit)

Agrandir

L'Université du Québec en Outaouais travaille déjà sur une analyse stratégique visant à créer de nouveaux programmes dans la région.

Archives, Ledroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le développement d'un baccalauréat en kinésiologie a été identifié comme priorité dans la nouvelle entente qui prévoit une aide financière d'un demi-million de dollars en cinq ans de la Ville de Gatineau pour développer de nouveaux programmes à l'Université du Québec en Outaouais (UQO).

La contribution financière au développement de l'UQO, qui avait fait l'objet d'un long débat lors des discussions sur le dernier budget de la Ville, a été officialisée mardi soir par le conseil municipal.

« Dans cet investissement-là, on en se trompe pas, mais pas du tout, a assuré le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin. C'est un petit investissement pour Gatineau, et c'est un gage de beaucoup, beaucoup de qualité de vie pour les citoyens. [...] Il y a peu d'investissements aussi payants qu'on va faire, je crois, dans notre budget municipal. C'est un

100 000 $ qui est bien investi, qui a des retombées économiques, qui a des retombées sociales, qui va nous permettre d'améliorer un des principaux problèmes de l'Outaouais, l'offre de programmes en santé. »

L'entente prévoit que les 100 000 $ qui seront versés à la Fondation de l'UQO chaque année jusqu'en 2020 serviront au « développement de programmes en santé, en sciences et/ou tout autre programme menant au développement économique de Gatineau ».

En parallèle, l'UQO travaille déjà, grâce à un financement de 250 000 $ du gouvernement du Québec, sur une analyse stratégique visant à créer de nouveaux programmes dans la région. La physiothérapie et la nutrition sont notamment dans la mire de l'UQO.

Selon les modalités de l'entente négociée avec la Ville, l'UQO « s'engage à développer [...] de façon prioritaire » un baccalauréat en kinésiologie à son campus de Gatineau.

Il est également spécifié que « la modification ou l'ajout de programmes à développer avec les sommes consenties par la Ville ne peut se faire qu'avec le consentement express » des deux parties.

RÉACTIONS POSITIVES 

Le recteur de l'UQO, Denis Harrisson, a souligné par voie de communiqué que l'élargissement de l'offre de programmes permettra d'« accroître l'offre de services de santé en Outaouais », pour « contribuer ainsi à une meilleure qualité de vie » pour les résidents de la région.

Le grand patron du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais, Jean Hébert, s'est pour sa part dit « heureux » du partenariat entre l'UQO et Gatineau. « Il s'agit d'un pas essentiel et nécessaire pour l'avenir des nouvelles formations » dans le secteur de la santé, a-t-il mentionné par voie de communiqué.

Autre entente à venir

Un autre demi-million de dollars devrait faire l'objet d'une entente de cinq ans entre la Ville et l'UQO, au cours des prochains mois, pour la création de l'Observatoire de développement de l'Outaouais.

La conseillère et candidate à la mairie pour 2017, Sylvie Goneau, s'était opposée à cette idée lors des discussions sur le budget municipal, estimant qu'il ne s'agissait pas d'une « priorité justifiée ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer