La mobilisation prend de l'ampleur

Près de 200 personnes ont manifesté dans les... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Près de 200 personnes ont manifesté dans les rues du secteur de Perkins pour exprimer leur ras-le-bol au gouvernement.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La grogne continue de se propager à Val-des-Monts alors que le temps file et l'aide de Québec se fait attendre pour permettre la construction d'une nouvelle école à Val-des-Monts.

Environ 200 personnes - adultes et enfants à parts égales - ont défilé dans les rues du secteur de Perkins, dimanche après-midi, pour signaler un ras-le-bol au gouvernement du Québec.

C'est que le financement pour la construction d'une nouvelle école dans l'est du territoire de la Commission scolaire des Draveurs (CSD) a été octroyé il y a plus de trois ans. La CSD souhaite construire l'école à Val-des-Monts où se trouvent les principaux besoins. Or, on n'arrive pas à trouver un terrain convenable pour accueillir le bâtiment.

La demande initiale de changer le zonage d'un terrain agricole sur le chemin Fogarty a été refusée par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).  

Le second terrain identifié sur la route du Carrefour nécessite quant à lui d'importants travaux avant d'accueillir une école. «On avait averti le MAMOT que le terrain sur la route du Carrefour allait donner beaucoup de défis et c'est ce qui s'est produit. Les tests de sol qu'on a fait nous-mêmes ont révélé qu'il fallait 2,5 à 3 millions $ de plus pour construire la nouvelle école là», explique le maire de Val-des-Monts, Jacques Laurin.

Depuis novembre, on attend donc une aide du ministère de l'Éducation pour permettre la construction sur la route du Carrefour. Or, selon un porte-parole des citoyens rassemblés dimanche, Philippe Brunet, les élus provinciaux répètent depuis ce temps que «le dossier suit son cours».

«On maintient l'action parce que les choses bougent peu, affirme M. Brunet. Les gens sont frustrés et s'impatientent, c'est pour ça qu'ils se mobilisent. On voudrait tous faire autre chose de notre dimanche.»

La CSD espérerait toujours arriver à une résolution pour construire l'école à Val-des-Monts, mais si la construction n'est pas entamée d'ici la fin de l'été, l'école pourrait ne pas être prête pour la rentrée 2018. En raison du manque d'espace croissant dans ses écoles, la commission scolaire serait alors forcée de déplacer l'établissement sur le territoire de la Ville de Gatineau.

Les parents s'opposent évidemment à ce scénario. On soutient que certains enfants devraient faire des trajets de 45 à 60 minutes en autobus, matin et soir, en raison des nombreux arrêts pour l'embarquement de tous les élèves. Pour Jacques Laurin, c'est clair, la communauté de Val-des-Monts a besoin de cette école, point final.

«Ici, à Val-des-Monts, on a le deuxième pire taux de diplomation en Outaouais à 54,9%. Je ne pense pas que de faire du transport scolaire pendant deux heures chaque jour ça va aider. Et, on le sait, une école, c'est le coeur d'une communauté. On en a besoin d'une autre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer