Postsecondaire francophone: l'Ontario songe à Toronto

De son côté, la ministre déléguée aux Affaires... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

De son côté, la ministre déléguée aux Affaires francophones et députée d'Ottawa-Vanier, Madeleine Meilleur, plaide en faveur de l'établissement d'une université francophone à Toronto.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le ministère des Collèges et Universités de l'Ontario se dit prêt à offrir «une éducation postsecondaire de première classe en français» dans la grande région métropolitaine de Toronto et le centre et sud-ouest de la province.

Sans l'écarter, le ministère ne précise pas toutefois s'il envisage de créer une université de langue française tel que le demandent les associations d'étudiants francophones et l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario ou si d'autres options sont à l'étude.

«Le gouvernement n'a pris aucune décision concernant la possibilité de créer une université de langue française», a signalé le conseiller principal aux communications du ministre Reza Moridi, Zak Paget.

Depuis 2013, un comité d'experts se penche sur les meilleurs moyens d'améliorer l'accès aux programmes postsecondaires en français en Ontario et sur les questions de gouvernance qui y sont liées. Ce comité consultatif n'avait pas comme mandat «de favoriser» une option plutôt qu'une autre mais d'analyser l'état des lieux et de déterminer si la demande est suffisante pour accueillir de nouveaux programmes.

Rien n'a encore filtré de ce rapport qui a abouti sur le bureau du ministre le 31 mars dernier. Le ministre est en train d'analyser ses recommandations. Selon M. Paget, aucun échéancier n'a été fixé.

De son côté, la ministre déléguée aux Affaires francophones et députée d'Ottawa-Vanier, Madeleine Meilleur, plaide en faveur de l'établissement d'une université francophone à Toronto.

Selon des chiffres fournis par le ministère, la région du centre sud-ouest est la région en Ontario où la population francophone est en plus forte croissance. Elle a grimpé de 162 520 en 1996 à 218 765 en 2011, en hausse de 35%.

La grande région métropolitaine de Toronto a également vu sa population francophone croître, passant de 110 265 en 2006 à 124 875 en 2011, une augmentation de 13%.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer