Les enseignants de l'Outaouais signent la paix avec Québec

Les enseignants de l'Outaouais se sont prononcés à... (Patrick Woodbury, Archives LeDroit)

Agrandir

Les enseignants de l'Outaouais se sont prononcés à 59,9% en faveur de l'entente de principe.

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après 18 mois de négociations, les huit syndicats affiliés à la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) ont accepté l'entente de principe conclue avec le gouvernement du Québec le 9 mars dernier.

En Outaouais, la convention collective à venir touchera 5100 professeurs, du préscolaire jusqu'à la formation aux adultes.

La prochaine convention collective comprendra une quinzaine d'avancées «significatives», notamment l'investissement de 30 millions $ pour élargir l'offre de services et de ressources aux élèves handicapés ou en difficulté d'apprentissage.

Un total de 250 nouveaux postes seront créés dans les secteurs de l'éducation aux adultes et de la formation professionnelle. Cette initiative «permettra à de nombreux enseignantes et enseignants précaires de ces secteurs d'accéder à une sécurité d'emploi», indique la FAE dans un communiqué.

Les emplois créés s'ajoutent aux 255 postes obtenus lors des négociations de 2010. 

Quant au ratio d'élèves par classe, il sera abaissé d'un enfant dans les maternelles 4 et 5 ans. Une mesure qu'applaudit le président du Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), Claude Tardif, et qu'il voudrait voir élargie aux autres niveaux scolaires, notamment aux troisième et quatrième secondaires.

«Il faut savoir que le maximum permis existe depuis des années, avant qu'on intègre massivement les élèves en difficulté dans les classes régulières. Maintenant que nous en avons beaucoup, c'est normal qu'on veuille accorder autant d'attention aux élèves en difficulté qu'aux autres élèves», a-t-il affirmé en entrevue avec LeDroit.

Le SEO souhaite mieux

Côté salarial, le syndicat de 5100 enseignants aurait souhaité plus.

«On voulait au moins préserver le pouvoir d'achat des enseignants, et ce qui nous a été offert ne garantit pas que nous pourrons le protéger, continue Claude Tardif. Ce n'est pas équitable, quand on tient compte du travail qu'ils font.»

Dans les mois à venir, le SEO compte revendiquer un meilleur salaire pour les enseignants en grimpant d'un échelon dans les rangements prescrits par le Trésor pour déterminer les échelles salariales. Passer du 22e au 23e rangement hausserait les salaires d'environ 5%.

Pour l'instant, la prochaine étape sera de s'assurer que la convention collective à rédiger respecte les principes de l'entente confirmée mercredi.

La FAE représente 34 000 enseignants affiliés à huit syndicats partout au Québec. Au final, le taux d'acceptation est de «près de 70%». Dans le SEO, les membres des commissions scolaires des Portages-de-l'Outaouais, des Draveurs et au Coeur-des-Vallées se sont prononcés à 59,9% en faveur de l'entente, mardi soir, en assemblée générale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer