Beaucoup de changements à l'AEFO

«J'ai passé plus de la moitié de mon... (Martin Roy, archives LeDroit)

Agrandir

«J'ai passé plus de la moitié de mon mandat en négociations», résume M. Jolin.

Martin Roy, archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les membres de l'Association des enseignantes et enseignants franco-ontariens (AEFO) concluent lundi un congrès important. Un congrès qui dictera d'importants changements au sein de l'organisation.

D'abord, le président Carol Jolin sera remplacé lors d'un vote qui doit se tenir lundi. Il conclut ainsi sa quatrième année en poste, le maximum permis par les règles internes de l'AEFO.

Ces quatre ans auront été marqués par les négociations et la défense de revendications.

«J'ai passé plus de la moitié de mon mandat en négociations», résume M. Jolin.

Le président de l'AEFO a d'abord participé à l'élaboration de la Loi concernant la négociation collective dans le système scolaire de l'Ontario. 

Une fois ce dossier réglé, il est entré dans un marathon de 13 mois de négociations collectives, des négociations qui ne sont pas tout à fait terminées, précise Carol Jolin.

«Il y a des unités locales qui n'ont pas encore d'entente et la négociation se poursuit.»

Les membres de l'AEFO ont également passé la majeure partie des deux derniers jours à modifier de grands pans de leurs statuts et règlements. Selon M. Jolin, les plus récents changements à la Loi sur les organisations à but non lucratif (OBNL) font en sorte que l'organisation, dans son fonctionnement actuel, ne serait plus considérée comme une OBNL.

D'abord, le congrès biannuel devra être transformé en assemblée générale annuelle. La loi prévoit qu'une OBNL doit rendre des comptes devant ses membres tous les ans. Les changements à la législation ne permettent également plus la substitution pendant les rencontres du conseil d'administration.

Le président en fin de mandat ajoute toutefois qu'en plus de se conformer à la Loi, l'AEFO profite de l'occasion pour améliorer ses pratiques, notamment revoir le nombre de membres qui composent le CA.

«On veut être plus efficace dans le processus décisionnel et améliorer le service qu'on donne à nos membres.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer