Un guide pour l'aide aux étudiants spéciaux

Mme Philion souhaite ardemment que son travail aidera... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Mme Philion souhaite ardemment que son travail aidera un plus grand nombre d'étudiants spéciaux à faire leurs études.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les travaux d'une professeure de l'Université du Québec en Outaouais (UQO) permettront aux universités québécoises de faire des pas en avant en matière d'aide aux étudiants avec des besoins particuliers.

Ruth Philion, professeure au département des sciences de l'éducation, dévoile un guide pour accompagner les professeurs en ce qui a trait à l'aide qui doit être accordée aux étudiants avec un handicap.

«J'ai fait un projet de recherche qui a clairement démontré que, parmi les 600 répondants (des professeurs), 75% demandaient d'avoir des balises claires et d'être accompagnés [...] et, surtout, de préciser quelle est leur responsabilité et quelle est la responsabilité des étudiants.»

Selon Mme Philion, la présence d'étudiants aux besoins particuliers est relativement nouvelle sur les bancs d'universités. L'une des préoccupations des professeurs, c'est d'être trop accommodants et de ne pas avoir une évaluation juste des capacités de ces étudiants spéciaux.

Le guide de Ruth Philion qui sera distribué à travers le réseau universitaire québécois offre des exemples de mesures qui peuvent être prises pour accommoder un étudiant. Toutefois, il était hors de question pour elle d'imposer des lignes directrices rigides qui accompagnent chaque handicap.

«Pour une même condition, deux étudiants peuvent avoir des besoins tout à fait diversifiés. Certains vont avoir besoin de temps supplémentaires pour compléter un examen, d'autres auront besoin d'une aide technologique. [...] C'est vraiment du cas par cas», explique la professeure.

Mme Philion souhaite ardemment que son travail aidera un plus grand nombre d'étudiants spéciaux à faire leurs études. Elle estime qu'il est de l'intérêt de tous que les étudiants, qu'ils soient sourds, autistes ou dyslexiques, soient en mesure d'exploiter leur plein potentiel.

L'UQO dénoncée

Si le travail de Ruth Philion est louable, l'UQO fait toutefois l'objet de critiques en ce qui a trait à l'aide aux étudiants avec des besoins spéciaux.

Dans une lettre ouverte publiée dans LeDroit jeudi, des associations étudiantes ont dénoncé une diminution de salaire pour les étudiants qui prennent des notes pour leurs collègues aux besoins particuliers. Selon ces associations, la rémunération de ces étudiants serait sous le salaire minimum et ils ne peuvent avoir recours aux normes du travail puisqu'il s'agit d'une bourse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer