Les CPE de l'Outaouais lancent un autre cri du coeur

«Nivellement vers le bas», «essoufflement», «services en péril». Les arguments... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Nivellement vers le bas», «essoufflement», «services en péril». Les arguments se multiplient pour inviter la population à se mobiliser contre les compressions anticipées l'an prochain dans le réseau des centres de la petite enfance (CPE).

Après la Fédération de la santé et des services sociaux de la Confédération des syndicats nationaux (FSSS-CSN) lundi, c'était au tour du comité de mobilisation des CPE de l'Outaouais de lancer un cri du coeur, mardi, pour s'opposer aux coupes anticipées dans le réseau.

Le comité de mobilisation espère attirer en grand nombre travailleurs et parents utilisateurs du réseau, mais aussi la population en général, à la manifestation prévue dès 10h, dimanche, à la place de la Cité du secteur Gatineau.

«Au cours des dernières années, les CPE ont subi des assauts répétés et systématiques du gouvernement Couillard, a dénoncé Anne Thibault, coordonnatrice du programme de Techniques d'éducation à l'enfance au Cégep de l'Outaouais. Les mesures d'austérité les ont particulièrement frappés, si bien que la qualité des services offerts est en péril. En coupant aveuglément dans les opérations aussi vitales que les services éducatifs, le gouvernement Couillard touche le coeur de la vie des enfants en CPE.»

La directrice du CPE La Planète des enfants, Brenda Fournier, de même que la trésorière de ce CPE du quartier Limbour, Valérie Bilodeau, ont toutes deux souligné les difficultés rencontrées pour tenter de joindre les deux bouts en essayant de couper le moins possible dans les services directs aux enfants. Le CPE a tout de même été contraint, par exemple, d'opter pour une répartition des enfants au sein d'autres groupes si leur éducatrice s'absente une journée, au lieu de procéder à des remplacements systématiques. Mme Bilodeau estime que les décisions prises par le gouvernement «visent le nivellement vers le bas des services de garde du Québec».

Des compressions amoindries dans certains CPE

Le Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance estime avoir réussi à réduire de 80 à 51 millions $ les compressions prévues dans les CPE dans le cadre de sa dernière négociation fructueuse avec Québec.

Ces compressions dans les CPE et les garderies privées subventionnées devaient totaliser 120 millions $ et, de cette somme, la part qui devait toucher les CPE était de 80 millions $, a expliqué mardi au cours d'une conférence téléphonique Francine Lessard, vice-présidente exécutive et directrice générale du Conseil québécois.

Mais ultimement, ce seront 50,9 millions $ qui seront supprimés plutôt que 80 millions, soit une reconduction pour 2016-2017 de la réduction de 36,9 millions $ imposée en 2015-2016, plus un autre «effort» de 14 millions $ que les CPE ont dû accepter de faire, a concédé Mme Lessard. Néanmoins, elle estime que les CPE ont su tirer leur épingle du jeu dans les circonstances.

Le Conseil québécois, qui représente le quart des CPE, a aussi négocié un nouveau mode de financement de ces centres.

- La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer