Le commissaire Hupé-Labelle démissionne

Maxime Hupé-Labelle cite des raisons familiales pour justifier... (Photo tirée de Facebook)

Agrandir

Maxime Hupé-Labelle cite des raisons familiales pour justifier sa démission comme élu à la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées.

Photo tirée de Facebook

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le commissaire Maxime Hupé-Labelle a annoncé plus tôt cette semaine qu'il quittait la table de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV).

L'élu de Rivière-Blanche a remis sa lettre de démission la semaine dernière, en indiquant que sa décision était essentiellement motivée par des «raisons familiales». Sa conjointe et lui attendent leur premier enfant et il s'agit désormais de la nouvelle priorité. En entrevue avec LeDroit, il a cependant précisé que l'épée de Damoclès qui pend actuellement au-dessus des commissions scolaires a aussi pesé dans la balance.

«L'abolition des commissions scolaires est imminente, donc est-ce que ça vaut la peine de faire des entorses dans ma vie professionnelle et familiale pour m'adapter, alors qu'il y a des changements importants qui arrivent? J'ai dû prendre ça en considération», a-t-il expliqué.

Il a d'ailleurs demandé à la CSCV, dans sa lettre de démission, de repousser le plus tard possible la tenue d'une élection partielle.

«Je verrais ça comme une forme de gaspillage si les commissaires décidaient de faire une élection partielle alors que le message qui provient de Québec est assez clair. Je leur laisse ça entre les mains», a-t-il dit.

La Loi prévoit qu'une élection partielle devra être tenue d'ici quatre mois, au plus tard. La commission scolaire dispose de 30 jours pour déterminer une date de scrutin. Le tout devrait être décidé à la prochaine séance publique, le 3 février, à Buckingham.

Deux projets de loi pourraient toutefois avoir un impact sur la suite du dossier. Celui modifiant la gouvernance des commissions scolaires laisse présager l'abolition de l'élection au suffrage universel. Le projet de loi 72, de son côté, permettrait la nomination plutôt que la tenue d'une élection partielle, afin de combler un poste vacant.

Candidat du Parti conservateur lors des élections fédérales du 19 octobre dernier, M. Hupé-Labelle a mordu la poussière devant le libéral Stéphane Lauzon dans la circonscription d'Argenteuil-La Petite-Nation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer