L'UQO blâmée pour sa gestion du printemps érable

Une arbitre a statué que l'UQO a manqué... (PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit)

Agrandir

Une arbitre a statué que l'UQO a manqué «à ses devoirs de protéger la santé, la sécurité, la dignité et la réputation des professeurs» lors de la crise étudiante du printemps 2012.

PATRICK WOODBURY, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université du Québec en Outaouais (UQO) et son ancien recteur sont blâmés par une décision arbitrale qui accorde une indemnité de 25 000 $ au professeur Thibault Martin, arrêté lors de la crise étudiante du printemps 2012.

La scène de l'arrestation du professeur Thibault Martin.... (Courtoisie SPUQO) - image 1.0

Agrandir

La scène de l'arrestation du professeur Thibault Martin.

Courtoisie SPUQO

Le Syndicat des professeurs de l'établissement (SPUQO) a dévoilé jeudi une décision portant sur quatre griefs rendue le mois dernier par l'arbitre Francine Lamy. Deux de ces griefs étaient individuels, au nom des professeurs Thibault Martin et Stéphanie Demers, tandis que les deux autres étaient des griefs syndicaux.

Les griefs concernaient tous la crise vécue à l'UQO en avril 2012, après qu'une injonction eut été accordée par la Cour supérieure pour forcer la reprise des cours, malgré le mouvement de grève étudiante en opposition à la hausse des droits de scolarité. L'UQO avait fait appel à la police de Gatineau afin d'essayer de respecter l'injonction.

Thibault Martin a été arrêté le 17 avril, à l'intérieur des murs de l'UQO. Son grief a été accueilli partiellement, de sorte que l'arbitre a déclaré l'UQO «responsable des préjudices causés» au professeur et a ordonné à l'établissement de lui verser 25 000 $ en compensation pour atteinte à sa réputation.

L'arbitre a souligné que le recteur de l'époque, Jean Vaillancourt, a commenté l'arrestation du professeur en conférence de presse, malgré le fait qu'il «ne savait rien de la conduite de M. Martin et des circonstances de son arrestation». «Le recteur a ainsi fait preuve de négligence et d'imprudence, d'autant plus qu'il n'est pas sans connaître l'importance de la réputation pour un professeur d'université de renommée internationale dans son champ d'expertise», lit-on dans la décision.

Thibault Martin n'était pas présent à la conférence de presse de son syndicat, jeudi, pour des raisons de santé.

Dans le cas de Stéphanie Demers, elle obtient 1000 $ de l'UQO en raison des manquements de l'établissement «à ses devoirs de protéger la santé, la sécurité et la dignité des professeurs». Mme Demers s'est montrée satisfaite de plusieurs éléments de la décision, mais juge que les manifestants sont encore trop souvent réprimés au pays.

L'arbitre a par ailleurs rejeté la demande syndicale d'obtenir 109 200 $ pour les préjudices qui auraient été subis par divers professeurs, estimant que des griefs personnels auraient plutôt dû être déposés. «Mais les personnes n'ont pas voulu déposer de griefs individuels, parce qu'elles craignaient les représailles», a précisé jeudi la présidente du syndicat, Louise Briand.

Me Lamy a également rejeté la demande du syndicat d'ordonner à l'UQO de présenter des excuses publiques.

La présidente du SPUQO, Louise Briand, et la... (Patrick Woodbury, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

La présidente du SPUQO, Louise Briand, et la vice-présidente, Catherine Lanaris.

Patrick Woodbury, LeDroit

«Un blâme sévère»

Le SPUQO s'est dit «très satisfait» que le tribunal d'arbitrage ait condamné l'UQO pour manquement «à ses devoirs de protéger la santé, la sécurité, la dignité et la réputation des professeurs».

«Il y a un blâme sévère qui est porté sur la gestion de l'occupation policière, et on ne peut que penser que c'est effectivement une victoire, a réagi Mme Briand. Ceci dit, est-ce qu'on doit se réjouir du fait qu'on a été assiégé pendant autant de temps?»

Le SPUQO espère que la direction collaborera pour la mise en place d'un comité paritaire afin d'établir «les modalités» à suivre lors de possibles futures grèves.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer