Négociations: de l'espoir pour les enseignants de l'Outaouais

Les négociations reprendront mercredi entre le gouvernement et... (Archives Le Quotidien)

Agrandir

Les négociations reprendront mercredi entre le gouvernement et la Fédération autonome de l'enseignement.

Archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les négociations reprendront mercredi entre le gouvernement et la Fédération autonome de l'enseignement (FAE), qui représente quelque 5100 enseignants de l'Outaouais.

La FAE, à laquelle est affilié le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), s'était retirée le 3 novembre dernier de la table sectorielle.

Dans un communiqué émis mardi, la FAE «estime que les conditions lui permettant de retourner à la table de négociation sectorielle en éducation sont désormais réunies».

Deux autres centrales représentant des enseignants d'ailleurs en province - la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE) et l'Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (APEQ) - sont récemment parvenues à des ententes sectorielles au sujet de leurs conditions de travail.

Dans la région, la FAE négocie au nom des enseignants des commissions scolaires des Draveurs, des Portages-de-l'Outaouais et au Coeur-des-Vallées.

«Ce qui nous rend optimistes, c'est que nous avons toujours perçu que la FSE ne voulait pas de règlement à coût nul, donc on ose espérer que si la FSE a obtenu une entente, ça signifie que le gouvernement a enfin plié par rapport à son entêtement d'avoir une entente à coût nul», a mentionné mardi le président du SEO, Claude Tardif.

«La négociation doit permettre aux enseignantes et enseignants d'améliorer leur quotidien, et aux élèves d'avoir accès aux services et ressources dont ils ont besoin, a pour sa part indiqué par voie de communiqué le président de la FAE, Sylvain Mallette. La défense de l'école publique, la seule capable d'assurer l'égalité des chances à toutes et à tous, demeure au coeur de nos revendications. Beaucoup de chemin reste à parcourir. La FAE prendra le temps qu'il faut pour en arriver à une entente satisfaisante, car celle-ci doit répondre aux attentes des 34 000 enseignantes et enseignants qu'elle représente.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer