La CSD annule la conversion d'une pédagogique en jour de classe

La décision d'annuler la conversion d'une journée pédagogique... (Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

La décision d'annuler la conversion d'une journée pédagogique en journée de classe fait suite au dépôt d'un grief par le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais.

Ivanoh Demers, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dépôt d'un grief syndical force la Commission scolaire des Draveurs (CSD) à revenir sur sa décision de convertir la journée pédagogique du 6 janvier prochain en journée de classe.

Le conseil des commissaires a pris cette décision lundi soir, de sorte que les élèves seront en congé le 6 janvier, comme cela était initialement prévu au calendrier scolaire.

Ce revirement de situation fait suite au dépôt d'un grief par le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO), qui demandait une ordonnance de sauvegarde du calendrier scolaire.

«Étant donné que l'arbitrage de ce grief aurait eu lieu durant la période du congé des Fêtes, dans l'éventualité où la situation l'exigeait, notre organisation ne disposerait pas du temps nécessaire pour aviser les parents de tout changement relatif à la journée du 6 janvier», explique la CSD dans un communiqué.

Les élus scolaires avaient voulu transformer la journée pédagogique en journée de présence en classe pour les élèves afin de compenser une partie des heures perdues cet automne en raison du mouvement de grève dans le monde de l'éducation.

Le président du SEO, Claude Tardif, se réjouit que le calendrier soit maintenu tel que prévu, et n'hésite pas à dire qu'un autre grief sera déposé si les commissaires de la CSD tentent de modifier une autre journée pédagogique en journée de classe plus tard dans l'année.

«On est bien content du résultat, mais on aurait bien sûr apprécié de ne pas avoir à revendiquer pour que nos patrons apprécient le travail que l'on fait lors des pédagogiques, a réagi M. Tardif. [...] Il faut que ce soit clair: s'ils prennent la décision de nous enlever une autre pédagogique, nous allons réagir de la même façon. [...] On ne peut pas nous punir d'exercer un moyen de pression légal.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer