Le futur recteur de l'UdO plaide pour le bilinguisme

«Le caractère bilingue de l'Université d'Ottawa fait partie... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

«Le caractère bilingue de l'Université d'Ottawa fait partie de son ADN, fait partie de ses gènes», a lancé Jacques Frémont.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un plaidoyer en faveur du bilinguisme qu'a livré vendredi le futur recteur de l'Université d'Ottawa (Ud'O), Jacques Frémont, lors de sa première rencontre avec les médias de la région.

Tout en rappelant que c'est Mgr Joseph-Eugène-Bruno Guigues qui eut l'idée de rassembler francophones et anglophones au sein de l'ancêtre de l'Université d'Ottawa, le Collège de Bytown, M. Frémont a profité de sa première prise de parole en tant que recteur désigné pour vanter la réputation de l'institution qu'il dirigera à compter du 1er juillet 2016.

«L'Université d'Ottawa est reconnue dans le monde entier pour l'excellence de ses recherches sur la francophonie, sur les langues officielles, sur le bilinguisme et pour sa volonté d'atteindre de nouveaux sommets en recherche et en création du savoir dans les deux langues», a-t-il souligné.

«Je suis très heureux de constater que l'université, qui entretient depuis toujours des liens étroits avec la communauté franco-ontarienne, franchit également un autre jalon dans la protection des droits de sa population francophone avec la désignation en vertu de la Loi sur les services en français, ce qui signifie que les efforts consentis jusqu'à présent se poursuivront pour plusieurs générations à venir.»

Projet d'université franco-ontarienne

Interrogé à savoir ce qu'il pensait du mouvement réclamant une université strictement francophone en Ontario, Jacques Frémont a d'abord indiqué que «le caractère bilingue de l'Université d'Ottawa fait partie de son ADN, fait partie de ses gênes», et qu'il entend poursuivre dans la même voie.

«Je sais qu'il y a un mouvement en Ontario (pour la création d'une université de langue française) et il faut le regarder, a-t-il dit. L'Université, manifestement, ne sera pas indifférente à ce mouvement, mais l'Ud'O [...] va continuer dans sa voie de bilinguisme et sera toujours présente auprès des autres universités pour voir ce qu'il y a moyen de faire.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer