Le calendrier scolaire pourrait être bousculé

Les commissaires scolaires se prononceront sur une modification... (Marco Campanozzi, archives La Presse)

Agrandir

Les commissaires scolaires se prononceront sur une modification du calendrier scolaire une fois qu'un portrait plus précis du mouvement de grève sera connu.

Marco Campanozzi, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le mouvement de grève touchant le milieu de l'éducation pourrait forcer la transformation de journées pédagogiques en journées de classe afin de ne pas trop amputer les 180 jours prévus au calendrier scolaire.

Les élus de la Commission scolaire des Draveurs (CSD) se prononceront lundi soir sur les modifications qu'ils souhaitent apporter au calendrier scolaire pour minimiser les effets des cinq journées de grève ayant déjà forcé l'annulation des cours cet automne.

«On a des journées qu'on doit rattraper, et on va se prononcer sur une proposition pour que certaines journées pédagogiques soient annulées pour être transformées en jours de classe, pour s'assurer que les élèves aient un calendrier de 180 jours de classe, parce qu'en bas de ça, on met en danger la réussite des élèves», a indiqué le président de la CSD, Claude Beaulieu.

Les commissaires devront aussi considérer les conséquences de l'annulation de journées pédagogiques sur la formation normalement offerte aux enseignants, a précisé M. Beaulieu. Ce dernier note que la CSD pourrait aussi utiliser des journées pédagogiques flottantes pour compenser deux des cinq jours de grève tenus jusqu'à présent.

Une autre décision similaire pourrait devoir être prise, si le front commun observe comme prévu des journées de grève les 1er, 2 et 3 décembre, ajoute M. Beaulieu. Les enseignants membres de la Fédération autonome de l'enseignement (FAE) ont eux aussi une autre journée de grève en banque.

Du côté de la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO), les élus ont discuté en coulisses de la possibilité de modifier le calendrier scolaire en raison du mouvement de grève. Une décision pourrait être prise à la séance du conseil de décembre.

«On doit voir un peu comment ça va se jouer dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines», a indiqué la présidente de la CSPO, Johanne Légaré. [...] On va avoir quelques options sur la table, pour voir si on transforme des journées pédagogiques en journées de classe, et si c'est le cas, c'est toute une gymnastique qu'on doit faire afin d'en arriver à quelque chose qui sera bénéfique pour tout le monde.»

À la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, on indique qu'une décision sera prise ultérieurement quant à une éventuelle modification au calendrier scolaire. Les commissaires devraient se prononcer une fois qu'un portrait plus global de l'évolution du mouvement de grève sera connu.

Le comité de gestion de la Commission scolaire des Hauts-Bois-de-l'Outaouais (CSHBO) a pour sa part statué qu'aucune modification au calendrier scolaire ne serait faite pour l'instant, a fait savoir le directeur général adjoint, Stéphane Rondeau.

Contrairement aux autres commissions scolaires de la région, les enseignants de la CSHBO font partie du front commun et non de la FAE, de sorte que ce territoire pourrait connaître six jours de grève au lieu des neuf anticipés pour le reste de l'Outaouais.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer