Tous les profs de l'Ontario sous contrat

Le président de la Fédération des enseignantes et des... (Michelle Siu, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le président de la Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario, Sam Hammond

Michelle Siu, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dernier syndicat enseignant en dispute contractuelle avec la province de l'Ontario a finalement conclu une entente de principe lundi.

L'Association des enseignants catholiques anglophones et la Fédération des enseignantes-enseignants des écoles élémentaires de l'Ontario (FEEO), qui représente quelque 78 000 membres, a désormais décidé de suspendre sa grève du zèle après s'être entendu avec leur employeur, tard en après-midi.

«Cette ronde de négociations a été exceptionnellement longue et difficile, mais au bout du compte, nous avons conclu une entente de principe que nous croyons juste pour les besoins de nos membres», a indiqué sur son compte Twitter le président du syndicat, Sam Hammond.

La FEEO avait adopté la ligne dure dans ses négociations avec le gouvernement de l'Ontario depuis le mois de mai dernier, déclenchant des grèves du zèle, impliquant notamment le refus de remplir les bulletins des élèves. Les enseignants travaillaient sans convention collective depuis le 31 août 2014.

Le 23 octobre dernier, la première ministre Kathleen Wynne avait servi un ultimatum à la FEEO. Elle avait menacé de donner la permission aux conseils scolaires de verser qu'une partie du salaire des enseignants si une entente n'était pas conclue avant le premier novembre.

Si les enseignants du FEEO ont désormais évité cette conséquence, les employés de soutien représentés par le même syndicat, toujours sans contrat, pourraient être amputés de 10% de leur salaire dès lundi prochain.

Par ailleurs, un autre syndicat représentant des employés de soutien du secteur de l'éducation avait aussi réussi à en arriver à une entente lundi matin. Les 55 000 secrétaires, techniciens de bibliothèques ou membres du personnel de l'entretien représentés par le Syndicat canadien de la fonction publique ont également décidé de mettre fin à leurs moyens de pression en attendant la ratification de leur pacte.

Le 15 octobre dernier, les quelque 10 000 membres de l'Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) avaient ratifié leur entente dans une proportion de 80,16%. La Fédération des enseignantes-enseignants des écoles secondaires de l'Ontario et l'Association des enseignants catholiques anglophones avaient précédemment signé une nouvelle convention collective

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer