Semaine écourtée dans les écoles de l'Outaouais

Les parents de l'Outaouais devront trouver deux alternatives plutôt qu'une, la... (Patrick Woodbury, LeDroit)

Agrandir

Patrick Woodbury, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les parents de l'Outaouais devront trouver deux alternatives plutôt qu'une, la semaine prochaine, en raison des deux journées de grève qui paralyseront le système scolaire, entraînant des congés forcés pour des milliers d'élèves de la région.

La semaine débutera par la grève des employés de soutien, de la maintenance et des professionnels aux commissions scolaires des Draveurs, des Portages-de-l'Outaouais, au Coeur-des-Vallées, des Hauts-Bois-de-l'Outaouais et Western Québec, lundi.

L'arrêt de travail du front commun s'appliquera aussi aux cégeps de l'Outaouais et Heritage, ainsi qu'aux travailleurs du secteur public de la santé.

Des actions dans les CPE

Les travailleurs des centres de la petite enfance de la région vont appuyer les demandes du front commun au cours de cette même journée. Les salariés des CPE membres de la CSN solliciteront les parents afin de les sensibiliser à leurs revendications.

«Pour l'instant, il n'est pas question de déclencher la grève dans les CPE, mais bien de participer, parallèlement aux actions du Front commun, à une première série d'actions de visibilité aux abords des installations», indique Julie Charron, présidente du Syndicat des travailleurs (euses) en CPE de l'Outaouais.

Mercredi, ce sera au tour des quelque 4000 enseignants représentés par le Syndicat de l'enseignement de l'Outaouais (SEO). La grève touchera toutes les commissions scolaires de la région à l'exception des Hauts-Bois-de-l'Outaouais et Western Québec.

Au cours de ces deux journées de débrayage, les services de garde seront fermés. Les syndiqués ont reçu la consigne de ne pas traverser le piquet de grève. De plus, les brigadiers ne seront pas en service sur les territoires touchés.

Rappelons qu'une première journée de grève a eu lieu le 30 septembre dernier. Ces moyens de pression touchent les établissements publics d'enseignement préscolaire, primaire, secondaire, de la formation professionnelle et de la formation générale aux adultes. Les enseignants réclament de meilleures conditions de travail et dénoncent les compressions de Québec dans le réseau de l'éducation.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer