Enseigner l'abc des villes

La représentation famélique des jeunes en politique municipale pousse l'Union... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La représentation famélique des jeunes en politique municipale pousse l'Union des municipalités du Québec (UMQ) à recommander l'intégration d'un cours sur le rôle des villes à l'école secondaire.

Il s'agit de l'une des principales recommandations de l'UMQ dans le cadre du renouvellement de la Politique québécoise de la jeunesse, annoncée par le premier ministre Philippe Couillard, le 17 juin dernier.

Le mémoire dont nous avons obtenu copie en primeur sera rendu public aujourd'hui par l'UMQ. Il rappelle que le nombre de jeunes élus municipaux de moins de 35 ans est passé de 718 à 659 à la grandeur du Québec, entre 2009 et 2013. Ainsi, seulement 8,2% des élus municipaux sont des jeunes, alors que cette tranche d'âge représente 20% de la population.

«L'implication citoyenne devrait être une notion intégrée dans le cursus scolaire du secondaire, clame l'UMQ. De cette façon, le milieu scolaire préparerait la jeunesse à devenir des citoyens impliqués dans leur communauté, que ce soit par la participation aux élections (20% à 30% de taux de participation selon les élections), par le bénévolat ou par l'implication en politique active.»

Le président de la Commission des jeunes élus de l'UMQ, John Husk, affirme que si les jeunes étaient vraiment au fait du rôle des villes, ils seraient beaucoup plus attirés par ce type de politique active. «C'est accessible et c'est concret comme implication, dit-il. Les villes, c'est beaucoup plus que le déneigement, l'eau potable et la collecte des poubelles. Faire de la politique au municipal, c'est s'occuper directement de la qualité de vie des gens, d'environnement, de sport, de loisirs et de culture. Pour un jeune qui veut changer les choses, la politique municipale est intéressante. C'est du concret et c'est plus rapide. Il y a plein de possibilités d'être créatif.»

Régions et pénuries

Le vieillissement accéléré de la population réclame une intervention rapide de Québec, selon l'UMQ, afin de faire face aux problèmes de pénuries de main-d'oeuvre qui affecteront tout le Québec d'ici dix ans. L'UMQ estime que d'ici 2024, plus de 230 municipalités du Québec compteront moins d'une personne sur deux en âge de travailler.

«L'immigration s'imposera dans plusieurs régions comme le seul moteur de croissance de la population, stipule le mémoire. Il importe que la prochaine Politique québécoise de la jeunesse comporte des mesures visant à favoriser la mobilité des jeunes travailleurs, incluant ceux issus de l'immigration. Il importe de faire connaître aux jeunes diplômés et aux personnes immigrantes les possibilités d'emploi dans les régions aux prises avec des pénuries de main-d'oeuvre.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer